Guy Etienne André ARNOUIL (né en 1934)


Guy Arnouil, en grand uniforme de l'Ecole polytechnique (1955)

Né le mercredi 21 novembre 1934 à Lamonzie Saint-Martin (24680).

Marié en 1962 à Claude ALLIER (1935-1992), dont 3 enfants (Thierry, Benoit, Anne Isabelle). Après le décès de cette épouse, il se marie à Danielle POIGNANT, dont 5 enfants (Sébastien, Germain, Olivia, Elyse, et Alexandre)

Etudes secondaires au Lycée Henri IV de Bergerac, préparation aux Grandes Ecoles au Lycée Montaigne de Bordeaux, il est reçu en 1955 à Normale Sup (rue d'Ulm) et à Polytechnique.

Il opte pour cette dernière, afin de soulager sa famille des lourdes charges de la vie étudiante à Paris, et permettre à ses deux frères et à sa sœur de poursuivre leurs brillantes études (Centrale, Agrégation de Maths, Infirmière)

Il devient ainsi ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1955, sorti classé 4ème) et de l'Ecole des mines de Paris (entré en 1958 et sorti en 1960, classé 8ème sur 13 ingénieurs-élèves). Corps des mines.

C'est, dans le corps des mines, l'un des rares membres nés dans une famille ouvrière pauvre.

Après un brillant début de carrière, à Paris où il devient membre du Groupe des Travaux de Bruxelles (réglementation routière et automobile), il est affecté à Dijon où il est nommé Ingénieur en Chef en 1968 chargé de l'Arrondissement Minéralogique territorialement étendu suivant le nouveau découpage régional (Bourgogne et Franche-Comté). Il en organise le fonctionnement les délégations de pouvoir et leur contrôle.

En 1972, il est nommé au poste d'ingénieur en chef des mines et chargé de l'arrondissement minéralogique de Metz, pour en transformer le fonctionnement selon le mode régional (DRIRE des Régions Lorraine et Alsace).

En 1976, il est nommé à l'Ecole des mines de Saint-Etienne, où il prend d'abord la Direction des études pendant une année, puis ensuite la succession de Lucien Vielledent à la direction de l'Ecole. Il y développe notamment l'enseignement et la recherche en informatique, avec Serge Guiboud-Ribaud, la gestion scientifique, et de nouvelles disciplines innovantes. Il y développe également les relations internationales, un domaine où l'Ecole était totalement absente à son arrivée.

Toutefois, une affaire personnelle conduit à son départ de l'Ecole et du corps des mines en 1980.

Il continue sa carrière dans l'Industrie et les Services (Groupe Générale des Eaux) et l'Ingénierie jusqu'à son départ à la retraite (2004).