Charles Gilbert André CHARGUÉRAUD (1860-1923)


Chargueraud, élève de l'Ecole polytechnique
(C) Photo collections Ecole Polytechnique

Ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1880, sorti classé 32 sur 205 élèves), et de l'Ecole des Ponts et chaussées. Corps des Ponts et chaussées.
Fils de Claude Antoine CHARGUÉRAUD, agent d'assurances, et de Zélie Adèle Jenny HOYAU CHARTRAIN.

Né à Paris le 18 avril 1860 d'après Dbf, (d'après le registre de Polytechnique, c'est le 28 avril) à Paris.


D'après le Dictionnaire de Biographie française et d'autres sources :

Il fut nommé ingénieur des Ponts et chaussées à Calais, chargé du service maritime et des voies navigables. Il y demeura de 1886 à 1898, construisant les quais de l'avant-port, les écluses du bassin Carnot, réalisant la dérivation du canal de Marck, avec écluses ponts tournants, s'occupant activement, par ailleurs, du dessèchement des parties marécageuses du Calaisis. Muté à Paris en 1898, il fut adjoint, le 1er mai 1901, à JOZON, directeur des routes, de la navigation et des mines au ministère des Travaux publics, tout en ayant la haute main sur le service de la Marne, sur laquelle il acheva le barrage de Créteil.

Nommé directeur de 1905 à 1910, il eut un rôle très important dans la préparation de la loi Barthou (révision de celle de 1810 sur les mines), dans l'élaboration de celles relatives à l'aménagement des grands ports maritimes, au canal du Nord, à celui de Marseille au Rhône, à l'autonomie des ports, aux expropriations, à l'industrie hydro-électrique, au raccordement des voies fluviales avec les voies ferrées. Il s'intéressa aux nouveaux problèmes que la multiplication des automobiles posait pour la conservation des routes, prit part au congrès international de la route (à Paris, oct. 1908), fit créer un office national du tourisme, une commission centrale des automobiles, un office national de la navigation. HENRIOT lui succéda en 1910 comme directeur d'administration centrale chargé des mines.

Affecté au 4° bureau du G. Q. G. pendant la guerre de 1914, avec grade de lieutenant-colonel, il eut la haute main sur les ports, les routes et canaux au point de vue militaire. Le 1er oct. 1917, il entra au conseil supérieur des Travaux publics; en 1919, au conseil général des Ponts et chaussées et, la même année, fut secrétaire général de la 5e commission de la Conférence de la paix (ports, canaux, voies ferrées). Il entra enfin à la Société des Nations, fin 1921, pour les communications et le transit et siégea aux commissions internationales de l'Elbe, de l'Oder, du Danube et du Rhin. Il mourut le 30 nov. 1923. Il a publié Les arbres de la ville de Paris, 1896 et, avec Aron, Notice sur le port de Calais, 1904.