Félix-Napoléon GARELLA (1809-1858)

Fils de Hyacinthe GARELLA (1775-1852 ; X 1796) et de Marie Laurette Julie Théodore SEILLARD. Petit-fils de François Antoine GARELLAZ, architecte, et de Marie Anne HEURTEUR.

Ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1825, sorti classé 17 sur 113 élèves), et de l'Ecole des mines de Paris. Corps des mines


Publié dans le LIVRE DU CENTENAIRE (Ecole Polytechnique), 1897, Gauthier-Villars et fils, TOME III

Né à Luques. Il était entré à 16 ans à l'École Polytechnique dans la même promotion que son frère Joseph Hyacinthe, sorti dans les Ponts et Chaussées [il travailla à l'approvisionnement de Lyon en eau potable]. Ils étaient les fils de Hyacinthe Garella, de la promotion de 1796, retraité Inspecteur général honoraire des Ponts et Chaussées (1775-1852).

On doit à Garella, l'Ingénieur des Mines, une des premières topographies souterraines qui aient été publiées, celle du bassin houiller de Graissessac parue en 1838.

Au début de 1847, Garella remplaça Fournel en Algérie, comme chef du Service des Mines; il fut mis en retrait d'emploi à la suite du coup d'État de 1851 ; mais il fut ensuite replacé dans les cadres et reprit du service.


Élève ingénieur des mines, il est nommé aspirant, après des missions en province et un stage à Pallaouer (1828-31). Ingénieur ordinaire en Corse, il est muté dans l'Hérault (1834). Il étudie les houillères de Graissessac, est promu 1e classe (1838-39). En 1843, il publie des "Études des gîtes minéraux" de Graissessac, est mis à la disposition de Guizot, alors ministre des affaires étrangères. Envoyé par ce dernier à Panama, pour examiner la possibilité d'y creuser un canal destiné à relier les deux océans, il conclut par l'affirmative et publie "Projet d'un canal de jonction de l'océan Pacifique à l'océan Atlantique à travers l'isthme de Panama" (1845). Replacé à la disposition des travaux publics cette même année, il est mis à celle du ministre de la guerre en 1847. Ainsi part-il en Algérie remplacer Fournel à la direction du service des mines, comme ingénieur puis ingénieur en chef. Mis en disponibilité pour avoir protesté contre le coup d'État (1851), il est ensuite employé comme subalterne, puis contrôleur des travaux ferroviaires de l'ouest (1854-56) [Référence : site web de la Famille polytechnicienne].


Hyacinthe GARELLA, le père de Félix-Napoléon GARELLA, d'origine italienne, avait été ingénieur ordinaire des Ponts et chaussées au Léman (1799), puis dans les Bouches-du-Rhône (1805). Entré au service d'Élisa Bacciochi, princesse de Lucques et Piombino, comme ingénieur en chef de la Méditerranée (1809). Revenu en France (1814), il est affecté aux Bouches-du-Rhône et chargé de travaux en Camargue. Louis XVIII le naturalise français (1816) et le nomme 1e classe (1817). Ingénieur en chef directeur (1835), il est en charge des travaux de tous les ports de la Méditerranée, puis de ceux de la vallée du Rhône (1837). Inspecteur divisionnaire (1842), il a l'inspection de la 16e puis de la 8e division. Il obtient l'honorariat du grade d'inspecteur général, avant de prendre sa retraite un mois plus tard (1847). [Référence : site web de la Famille polytechnicienne].