La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 1991

 

 

         
 

 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 94 - Décembre 2008

LE DON GRATUIT. LE CAS D’UN ETABLISSEMENT PUBLIC

par Yvan BAREL
Maître de conférences HDR en Sciences de gestion
LEMNA (Laboratoire d'Economie et de de Management de Nantes-Atlantique)
et Sandrine FREMEAUX
Professeur associé, Audencia Ecole de Management

 

La logique de la réciprocité est le cadre d’analyse dominant de la relation de travail. La logique du don/contredon s’inscrit dans ce même cadre de référence, en postulant qu’aucune relation d’échange ne peut survivre à une situation d’asymétrie trop forte (Mauss, 1924). Mais elle ajoute une idée nouvelle en mettant en exergue le “ tabou du calcul ” (Bourdieu, 1980) : le désir de contredon n’est pas toujours manifesté, ni même conscient. Aux côtés de la logique de réciprocité, un autre concept fait son apparition : celui de don existentiel ou don gratuit qui se suffit à lui-même et dont les travaux de Caillé et Godbout (1992), puis de Dumond (2007) ont révélé l’importance. Déconnecté d’une quelconque attente de retour, le don existentiel est-il ce qui donne sens au travail ?
Des expériences de don ont été exprimées par des salariés d’un CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires), organisme public français ayant pour vocation de faciliter la vie des étudiants dans de nombreux domaines (restauration, logement, bourses, action sociale et culturelle, ouverture sur l’international). L’étude a été menée à l’occasion de la construction d’un projet d’établissement. Si, lors des entretiens semi-directifs réalisés auprès d’un échantillon transversal de trente-sept salariés, certains récits témoignent d’un attachement à la logique de réciprocité marchande, d’autres récits, au contraire, sont des témoignages de don aux étudiants. Cette analyse montre l’importance, pour un grand nombre de salariés, du rapport personnel, libre, non stratégique aux usagers, dans les entreprises de service public.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 94 - Décember 2008

The free gift: The case of a public establishment

Yvan Barel and Sandrine Fremeaux

 

The dominant paradigm for analyzing on-the-job relations invokes reciprocity. Fitting into this paradigm, the “logic” of the gift/countergift (Mauss) postulates that exchanges cannot continue in situations marked by a too strong asymmetry; but it adds a new idea, namely the “calculation taboo” (Bourdieu): the desire for a countergift is not always shown, nor even conscious. Alongside the logic of reciprocity, another concept has cropped up: the “existential” or “free” gift that suffices in and of itself (Caillé and Godbout; Dumond). Is the existential gift, which is not linked to any expectation of a return, what gives meaning to work? A study of this phenomenon was conducted with wage-earners during the drawing up of an “establishment project” at CROUS (Centre Regional des Oeuvres Universitaires and Scolaires), a public organization in France that offers various services (cafeterias, dormitories, scholarships, social and cultural activities, international opportunities) to students. Some of the semidirective interviews conducted with a cross-sectional sample of 37 wage-earners provide evidence of an attachment to a logic of marketplace reciprocity, whereas others bear testimony to a logic of making gifts to students. For many of these wage-earners, the free, personal, nonstrategic relations with students in this public service were of special importance.

Retour au sommaire


 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr