La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 99 - Mars 2010

La responsabilité sociale de l’entreprise a l’heure de la flexibilité des ressources humaines : l’employabilité est-elle un argument viable ?

par Moez BEN YEDDER
Assistant à la Faculté des Sciences Juridiques Economiques et de Gestion, Université de Jendouba,
Doctorant à l’Institut Supérieur de Gestion, Université de Tunis.
et
Lotfi SLIMANE
Maître-assistant à l’Institut Supérieur de Comptabilité et d’Administration des Entreprises, Université de la Manouba

 

Plaçant l’intérêt des parties prenantes non sociétaires (comme les employés) au même degré d’importance que ceux des actionnaires, la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), en tant que concrétisation du développement durable par les entreprises, s’est imposée à ces dernières. Sur un autre plan, la flexibilité devient un aspect qui, bien que relativement ancien, est de plus en plus admis comme une voie possible d’un accroissement de la compétitivité de l’entreprise, voire d’une réorientation indispensable à sa viabilité. Cependant, la flexibilité (plus particulièrement dans sa dimension quantitative) est souvent décriée en raison des conséquences sociales qui peuvent découler de son adoption. Précarisation des salariés, compétition sur les coûts de main-d’œuvre entre sous-traitants, rupture du lien entre entreprise et travailleurs… : la flexibilité semble, par certains aspects, faire partie des pratiques « antisociales ». A partir de là, on voit mal comment une firme soucieuse d’adhérer à la logique sociale prônée par la RSE pourrait aussi se prévaloir d’une certaine flexibilité. Pourtant, dans la pratique, les logiques de la flexibilité et de la RSE semblent cohabiter.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 99 - March 2010

CORPORATE   SOCIAL RESPONSIBILITY  AND FLEXIBLE HUMAN RESOURCES: IS “EMPLOYA- BILITY” A VALID ARGUMENT?

Moez BEN YEDDER and Lotfi SLIMANE

By placing the interests of other stakeholders (for instance, employees) on a par with those of stockholders, corporate social responsibility has compelled recognition in recent years as a concrete form of sustainable development. Though relatively old, flexibility has become an increasingly accepted possibility for improving a firm’s competitiveness or even reorienting its activities in a new direction indispensable for its survival. Given its quantitative dimension however, flexibility often comes under criticism for its social consequences. Precarious employment conditions for wage- earners, competition over labor costs among subcontractors, the broken bond between a firm and its workers… flexibility turns out to be an “antisocial” practice. We thus fail to see how a firm that scrupulously adheres to the ideas underlying corporate social responsibility could implement flexibility in its human resources. In practice however, flexibility and corporate social responsibility seem to be able to live under the same roof.

Retour au sommaire


N° 99 - März 2010

DIE SOZIALE VERANTWORTUNG  DES UNTERNEHMENS UND  DIE FLEXIBILITÄT   DES  PERSONALMANAGEMENTS   :  IST DIE VERWENDBARKEIT EIN TAUGLICHES ARGUMENT ?

Moez BEN YEDDER und Lotfi SLIMANE

Da die soziale Verantwortung des Unternehmens dem Interesse der nicht als Gesellschafter fungierenden Zugehörigen (wie der Beschäftigten) einen ebenso hohen Rang einräumt wie demjenigen der Aktionäre, hat sie sich als Konkretisierung der nachhaltigen Entwicklung der Unternehmen bei diesen durchgesetzt. Auf einer anderen Ebene wird die Flexibilität zu einem Aspekt, der, obwohl er relativ alt ist, immer häufiger als ein möglicher Weg zur Verstärkung der Wettbewerbsfähigkeit oder sogar zur Neuorientierung angesehen wird, die zur Lebensfähigkeit unbedingt notwendig ist. Doch die Flexibilität, insbesondere in ihrer quantitativen Dimension, ist aufgrund der sozialen Folgen, die ausihrer Anwendung resultieren können, oft ver schrieen. Die Prekarisierung der Arbeitnehmer, der Lohnkostenwettbewerb unter den Subunternehmern, die Auflösung der Bindungen zwischen Unternehmen und Beschäftigten ... : die Flexibilität  scheint  in  mancher  Hinsicht  zu  den „antisozialen“ Praktiken zu gehören. Unter diesem Gesichtspunkt ist es schwer vorstellbar, dass eine Firma, die sich darum bemüht, die Logik der gesell schaftlichen Verantwortung zu beachten, auch eine gewisse Flexibilität geltend machen könnte. In der Praxis jedoch scheinen die beiden Logiken miteinan der zu kohabitieren.

Retour au sommaire


N° 99 - Marzo 2010

LA RESPONSABILIDAD SOCIAL DE LAS EMPRESAS A LA HORA DE LA FLEXIBILIDAD DE LOS RECURSOS HUMANOS: ¿LA EMPLEABILIDAD ES UN ARGUMENTO VIABLE?

Marie Moez BEN YEDDER y Lotfi SLIMANE

La responsabilidad social de las empresas (RSE), como materialización del desarrollo duradero de éstas, se ha impuesto al poner el interés de actores que no son socios (tales como los empleados) en el mismo nivel de importancia que los accionistas. Por otra parte, la flexibilidad se convierte en un aspecto que, aunque relativamente antiguo, se ve cada vez más como una vía posible para el aumento de la competitividad de la empresa, incluso como una nueva orientación indispensable a su viabilidad. Sin embargo, la flexibilidad, en particular en su dimensión cuantitativa, se prohíbe a menudo a causa de las consecuencias sociales que su adopción puede acarrear. Pauperización de los empleados, competición sobre los costes de mano de obra entre subcontratistas, ruptura del vínculo entre la empresa y los empleados. Por ciertos aspectos la flexibilidad parece formar parte de las prácticas "antisociales" A partir de ahí, es difícil creer que una empresa que desea seguir la lógica social predicada por la RSE podría aplicar también cierta flexibilidad. Sin embargo, en la práctica, las lógicas de la flexibilidad y de la RSE parecen convivir.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr