La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 109 - Septembre 2012

Pourquoi les entreprises sont-elles désormais reconnues comme socialement responsables ?

Télécharger gratuitement l'article

par Julie BASTIANUTTI
PREG-CRG, École Polytechnique
et

Hervé DUMEZ
CNRS, PREG-CRG, École Polytechnique

 

Selon la définition donnée par la Commission européenne en 2001, « Être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables, mais aussi aller au delà et investir “davantage” dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes ».
Pour certains, cet au-delà du droit adopté sur un mode volontaire renverrait à un tournant éthique et citoyen pris par les entreprises et a donné lieu à un nouveau champ disciplinaire, en gestion. Pour d’autres, la responsabilité sociale des entreprises relèverait de la « plasticité du capitalisme », c’est-à-dire de sa faculté d’adaptation à des environnements nouveaux. Dépassant cette contradiction, cet article vise à comprendre comment et pourquoi les entreprises vont « volontairement » au-delà de leurs obligations légales.

Retour au sommaire


N° 109 - September 2012

Why are firms now recognized as socially responsable?

Julie BASTIANUTTI
PREG-CRG, École Polytechnique
and

Hervé DUMEZ
CNRS, PREG-CRG, École Polytechnique

 

According to the European Commission’s 2001 definition, “Being socially responsible means not only fulfilling legal expectations, but also going beyond compliance and investing ‘more’ in human capital, the environment and relations with stakeholders.” For some pundits, this deliberate decision to move beyond “legal expectations” signals an ethical turning point in firms, a new citizenship giving rise to a new field in management. For others, corporate social responsibility has to do with “capitalism’s plasticity” — its ability to adapt to new environments. Moving beyond these contradictory interpretations, this article seeks to understand how and why firms “voluntarily” go beyond their legal obligations.

Retour au sommaire


N° 109 - September 2012

WARUM WIRD DEN UNTERNEHMEN KÜNFTIG GESELLSCHAFTLICHE VERANTWORTUNG ZUGESPROCHEN

Julie BASTIANUTTI
PREG-CRG, École Polytechnique
und

Hervé DUMEZ
CNRS, PREG-CRG, École Polytechnique

 

Nach der Definition der Europäischen Kommission von 2001 bedeutet unternehmerische Gesellschaftsverantwortung nicht nur, den rechtlichen anwendbaren Verpflichtungen völlig zu entsprechen, sondern auch darüber hinaus tätig zu werden und „stärker“ in Humankapital, Umweltaufgaben und Abnehmer zu investieren. Manche Kommentatoren interpretieren diese neue Entwicklung der willentlichen Anwendung von Rechtsnormen, zu der sich die Unternehmen entschlossen haben, als eine Wende in ethischer und staatsbürgerlicher Hinsicht. Sie hat außerdem den Anstoß zur Schaffung einer neuen Fachdisziplin in der Betriebswirtschaft gegeben. Andere wiederum betrachten die unternehmerische Gesellschaftsverantwortung als Beweis für die „Plastizität des Kapitalismus“, das heißt, für seine Fähigkeit zur Anpassung an neue Gegebenheiten. Nach Aufhebung dieses Widerspruchs suchend zielt dieser Artikel darauf ab, zu begreifen, wie und warum die Unternehmen „willentlich“ über die gesetzlichen Verpflichtungen hinausgehen.

Retour au sommaire


N° 109 - Septiembre 2012

¿Por qué se considera actualmente a las empresas como socialmente responsables?

Julie BASTIANUTTI
PREG-CRG, École Polytechnique
y

Hervé DUMEZ
CNRS, PREG-CRG, École Polytechnique

 

Según la definición de la Comisión Europea de 2001, "Ser socialmente responsable no significa solamente cumplir plenamente las obligaciones jurídicas, sino también ir más allá de su cumplimiento invirtiendo ‘más’ en el capital humano, el entorno y las relaciones con los interlocutores". Para algunos, este “más allá” aplicado de forma voluntaria se refiere a un matiz ético y ciudadano adoptado por las empresas y ha creado un nuevo campo disciplinario dentro de la gestión. Para otros, la responsabilidad social de las empresas tendría que ver con la "plasticidad del capitalismo", es decir, su capacidad de adaptación a nuevos entornos. Más allá de esta contradicción, este artículo trata de entender cómo y por qué las empresas "voluntariamente" van más allá de sus obligaciones legales.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr