La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 117 - septembre 2014 - L'éthnographie dans l'entreprise

Mise en scène de la mise en nombres : ethnographie d'un comité de risque pays(1)

Par Nicolas MEUNIER,
Doctorant, LAMES (Université d’Aix Marseille, UMR 7305). Contact mél : nicolas.meunier@gmx.fr

 

Une transaction financière ne naît pas du néant. C’est une décision résultant à la fois d'une discussion entre des individus aux intérêts parfois divergents constituant des institutions financières et de procédures organisées au sein desdites institutions. Au cœur de ce processus, la « note pays » permet de mesurer/résumer la santé économique d'un pays à l'occasion d'un comité examinant les limites des engagements financiers de l’institution dans ce pays. C'est l'utilisation de cette note, dans ces comités, que le présent article veut mettre en scène pour amener le lecteur à comprendre qu'une note sert à un triple niveau : elle mesure un objet complexe, certes, mais elle participe également à la création de conventions entre les parties prenantes qui y recourent et, enfin, elle a une fonction « procédurale » en étant à la fois le lieu d'expression de conflits et de négociations, l’outil permettant la constitution d'une dynamique commune entre ses utilisateurs et un moyen de partager des responsabilités.
(1) Cet article s’appuie sur une contribution présentée aux journées doctorales « Ethnographie en entreprise » organisées au Centre Maurice Halbwachs en avril 2013. L’auteur tient à remercier les personnes présentes à ces journées, et notamment les organisateurs, ainsi que les relecteurs pour leurs remarques et leurs encouragements qu’ils lui ont prodigués lors de la soumission de cet article à la revue (l’auteur reste bien évidemment seul responsable des erreurs et des omissions qui pourraient émailler l’article).

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 117 - september 2014 - Fieldwork in firms

Focus on making numbers: Fieldwork on a risk committee

Nicolas Meunier,
doctoral student, LAMES (University of Aix-Marseille)

 

A financial transaction does not spring out of a vacuum. It is a decision that comes out of the procedures followed by financial institutions and a discussion between individuals (eventually with diverging interests) inside these institutions. At the core of this process, the “country note” is used to summarize/measure a country’s economic state of health whenever a committee examines the limits to set on the institution’s financial commitments to a country. Focus is placed on how such committees use this note at several levels. This note measures a complex object and enters into the creation of conventions between parties. At the center of both conflicts and negotiations, it has a “procedural” function. This tool helps impart a common momentum to those who use it, and it is a means for sharing liability.

Retour au sommaire


N° 117 - september 2014 - Ethnographie im Unternehmen

Die Inszenierung der in Zahlen ausgedrückten Werte : Ethnographie eines Komitees, das Länderrisiken bewertet

Nicolas Meunier,
Doktorand, LAMES (Université d’Aix Marseille)

 

Eine finanzielle Transaktion geht nicht aus dem Nichts hervor. Sie gründet sich auf eine Entscheidung, die sowohl auf Diskussionen zwischen Individuen beruht, die unterschiedliche Interessen verfolgen und finanzwirtschaftliche Instititutionen vertreten, als auch auf Verfahren, die innerhalb dieser Institutionen üblich sind. Das Entscheidende eines solchen Vorgangs ist die „Landesratingnote“, die es erlaubt, die wirtschaftliche Gesundheit eines Landes zu messen und zusammenzufassen, nachdem ein Komitee die jeweiligen Grenzbedingungen für Kapitalanlagen der Institution geprüft hat. Es ist die Benutzung dieser Benotung im jeweiligen Komitee, die dieser Artikel in Szene setzen möchte, um dem Leser eine Vorstellung davon zu vermitteln, dass ein Rating auf dreifacher Ebene von Bedeutung ist : es bewertet zwar einen komplexen Gegenstand, wirkt aber auch bei der Schaffung von Konventionen zwischen den bewertenden Abnehmern mit, und hat letzten Endes eine „prozedurale“ Funktion, denn es ist sowohl der Ort, an dem Konflikte und Verhandlungen ihren Ausdruck finden, ein Werkzeug, das die Konstituierung einer gemeinsamen Dynamik zwischen den Teilnehmern ermöglicht, als auch ein Mittel, das dazu dient,Verantwortungen zu teilen.

Retour au sommaire


N° 117 - septiembre 2014 - Etnografía en la empresa

Puesta en escena de la numeración. Etnografía de un comité de riesgo de un país

Nicolas Meunier,
Estudiante de Doctorado, Laboratorio Mediterráneo de Sociología - LAMES (Universidad de Aix Marsella)

 

Una transacción financiera no surge de la nada. Es una decisión que resulta a la vez de una discusión entre personas con intereses, a menudo divergentes, que constituyen instituciones financieras y procedimientos organizados dentro de dichas instituciones. La "nota del país", en el centro de este proceso, permite medir/resumir la salud económica de un país en un comité que examina los límites de los compromisos financieros de la institución en dicho país. El artículo pone en escena el uso de esta nota, en dichos comités, para que el lector pueda entender que una nota se utiliza en tres niveles diferentes: para medir un objeto complejo, para participar en la creación de convenciones entre las partes interesadas que las utilizan y, por último, tiene una función "procesal" al ser a la vez el lugar de expresión de conflictos y negociaciones, el instrumento que permite llegar a una dinámica común entre sus usuarios y un medio de compartir responsabilidades.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr