La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais

 

N° 29 - Janvier 2003 - Energie et climat : les défis, les coûts, l'opinion en France

Les coûts des politiques climatiques en 2010 et au-delà : pour calmer les peurs d’un catastrophisme inverse

par Jean-Charles Hourcade
Directeur du Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (Cired)/CNRS

Directeur d'études à l'EHESS,
(Ecole des hautes études en sciences sociales)
et Philippe Quirion
Chercheur au Cired

 

Depuis l'été 2002, plusieurs essayistes et journalistes présentent le Protocole de Kyoto comme une aberration dangereuse. En particulier, réduire les émissions de gaz à effet de serre coûterait extrêmement cher et serait de toute façon inefficace. Une thèse que cet article s'attache à réfuter en s'appuyant sur la littérature scientifique synthétisée dans le troisième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Après avoir présenté le fonctionnement de cette institution, il montre que les coûts de la mise en œuvre de Kyoto seraient de faibles à négatifs si cette mise en œuvre repose sur des politiques adaptées et si l'on prend en compte les co-bénéfices sur l'environnement local, la sécurité énergétique et la diminution des tensions internationales.
A plus long terme, l'objectif de la Convention-cadre des Nations unies, à savoir "stabiliser les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique" n'apparaît pas hors de portée. Nous ne connaissons pas aujourd'hui la concentration compatible avec cet objectif, mais si l'on prend en compte le risque de non-linéarités dans les dommages, des cibles généralement considérées comme ambitieuses entrent dans le domaine d'une application rationnelle du principe de précaution.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 29 - January 2003

The costs of climate policies in 2010 and beyond: To still fears about a “reversed catastrophism”

Jean-Charles Hourcade and Philippe Quirion

 

Since the summer of 2002, many essayists and journalists have been presenting the Kyoto Protocol as dangerously aberrant. According to them, reducing greenhouse gases would bear huge costs and, in any case, be ineffective. To counter this point of view, information is drawn from scientific articles summarized in the third report by the Intergovernmental Group of Experts on Climate Change, whose operation is described. The costs of implementing the Kyoto Protocol are small or even negative under condition that adapted policies be used to implement it and that the benefits in terms of the local environment, the security of the energy supply and a decrease in international tensions enter into account. In the long run, the objective of the UN’s International Convention on Climate Change — stabilize concentrations of greenhouse gases in the atmosphere at a level that prevents dangerously disrupting the climate system due to human activities — is not out of reach. We do not know at present what concentrations would meet this objective. By taking into account the risk of “non-linearities in damage”, targets usually thought to be overambitious could be set for rationally applying the principle of precaution.

 

Retour au sommaire

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr