La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 69 - Janvier 2013 - Gérer les énergies intermittentes électriques

Quelle  politique européenne pour les réseaux électriques ?

Par Marc GLITA
et
Aurélien  GAY
Ingénieurs des Mines

 

Le développement des énergies alternatives se heurte à des difficultés économiques et politiques souvent insoupçonnées. Aux généreux tarifs de rachat mis en place pour favoriser le développement de l’éolien et du photovoltaïque, et aux subventions requises pour garantir les capacités d’appoint (par ailleurs fortement émettrices de CO2) nécessaires à l’équilibre du système électrique, il faut ajouter le développement des réseaux  de transport de l’électricité des lieux de production vers les lieux de consommation (en Allemagne, la longueur nécessaire serait de 4 500 km).
La construction coûteuse de ces réseaux se heurte à l’opposition des populations, à tel point  que l’Allemagne n’a pu construire en dix ans que 100 km de ces nouvelles lignes…
Enfin, le renforcement des interconnexions entre  les États européens encourage chacun d’entre eux,  comme l’Allemagne ou le Danemark,  à faire supporter par ses voisins l’intermittence résultant de ses  seules décisions politiques nationales. Après la crise européenne de l’euro, connaîtrons-nous celle  de l’électricité ?

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 69 january 2013 - Managing intermittent sources of electricity

Which EU policies for electricity grids?

Marc GLITA
et
Aurélien  GAY
Ingénieurs des Mines

 

The development of alternative energy sources has encountered often unexpected political and economic difficulties: the generous rates for purchasing this electricity (set to give a boost to wind and photovoltaic power); the subsidies necessary for maintaining output during spikes in demand (which cause a sharp increase in CO2 emissions) so as to avoid sharp fluctuations on the grid; and, not to be forgotten, the development of networks for transporting electricity from places of production to places of consumption. In Germany, 4.500 km of lines are needed. The steep investments required for this have run up against opposition from public opinion with, as a consequence, the construction in ten years of only 100 km of new lines. Furthermore, reinforced interconnections between EU member states have led each country, such as Germany or Denmark, to transfer onto its neighbors the responsibility for coping with the intermittence of production that ensues from its own national decisions. After the European euro crisis, will there be an electricity crisis?

Retour au sommaire


N° 69 Junar 2013 - NUTZUNG DER INTERMITTIERENDEN LEKTRISCHEN ENERGIEN

Welche europäische Politik für die Stromnetze ?

Marc GLITA
et
Aurélien  GAY
Ingénieurs des Mines

 

Die Entwicklung der alternativen Energien stößt oft auf unvermutete wirtschaftliche und politische Schwierigkeiten. Zu den großzügigen Einspeisungstarifen, die zur Förderung der Entwicklung des Wind- und Sonnenstroms beitragen sollten, und zu den erforderlichen Subventionen, die die Reservekapazitäten (übrigens stark CO2 emittierend) sicherstellen sollen, die für das Gleichgewicht des Verteilungsnetzes notwendig sind, kommt notwendigerweise der Ausbau der Trassen von den Produktionsstandorten zu den Regionen, wo der Strom verbraucht wird (in Deutschland betrüge die notwendige Länge 45000 km).

Der teure Ausbau dieser Netze trifft auf den Widerstand der Bevölkerungen, der ein solches Maß angenommen hat, dass in Deutschland in zehn Jahren nur 100 km dieser neuen Trassen fertiggestellt werden konnten ...

Außerdem bestärkt die zunehmende grenzübergreifende Verknüpfung der nationalen Versorgungsnetze in Europa einzelne Länder, wie Deutschland und Dänemark, die Folgen der nationalen Energiepolitik zur intermittierenden Stromversorgung auch den Nachbarn aufzuerlegen. Werden wir nach der Euro-Krise demnächst eine europäische Stromkrise erleben ?

Retour au sommaire


N° 69 - Enero 2013 - Gestionar las energías eléctricas intermitentes

¿Qué política europea para las redes eléctricas?

Marc GLITA
et
Aurélien  GAY
Ingénieurs des Mines

 

El desarrollo de las energías alternativas enfrenta dificultades económicas y políticas a menudo insospechadas. Además de las excelentes tarifas de compra establecidas para fomentar el desarrollo de la energía eólica y solar, y de las subvenciones necesarias para garantizar la capacidad adicional (fuertemente emisora de CO2) que se necesita para equilibrar el sistema eléctrico, se debe añadir el desarrollo de redes de transporte de electricidad de los centros de producción a los lugares de consumo (en Alemania, la longitud requerida es de 4500 km). El coste de la construcción de estas redes se enfrenta a una oposición popular, a tal punto que en diez años Alemania sólo ha podido construir 100 km de estas nuevas líneas. Por último, el refuerzo de las interconexiones entre los Estados europeos los anima (por ejemplo Alemania o Dinamarca) a confiar a sus vecinos la intermitencia que resulta de sus propias decisiones políticas nacionales. Tras la crisis europea del euro, ¿veremos la crisis de la electricidad?

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr