La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 79 - Juillet 2015 - L'environnement, avec ou contre les inégalités sociales ?

La biodiversité naturelle et agricole garantit-elle la sécurité alimentaire des populations ?

Par Fayçal KEFI
Ingénieur diplômé en industries alimentaires de l’École Supérieure des Industries Alimentaires de Tunis (ESIAT), doctorant en économie agroalimentaire à l’Université de Catane en cotutelle avec Montpellier SupAgro sur le thème de la biodiversité
et
Martine PADILLA
Professeure associée au Centre International de Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM)

 

La diversité alimentaire est la clé de la sécurité nutritionnelle, notamment pour résoudre le problème de la faim cachée (c’est-à-dire la carence en micronutriments en dépit de l’absorption d’aliments en quantité suffisante). Or, les pratiques agricoles et d’élevage ainsi que la sélection variétale modifient le contenu nutritionnel des aliments. Une très grande variabilité dans la composition en nutriments pour un même type d’aliment peut donc expliquer la faim cachée dans les cas de consommation régulière d’aliments peu denses nutritionnellement. L’étude de cinq produits (poisson, blé, riz, lait et pommes de terre) visant à mesurer la contribution en micronutriments de chacune des espèces considérées par rapport aux apports nutritionnels conseillés,  montre que si le blé affiche une relative homogénéité, la différence entre les espèces est significative pour les autres produits : la contribution aux ANC varie ainsi de 17 % pour les vitamines et de 7 % pour les minéraux. La diversité dans l’assiette est donc nécessaire, mais elle n’est pas suffisante ; il faut aussi jouer la carte de la diversité génétique des espèces agricoles et animales. Par ailleurs, consommer des produits Bio plutôt que des produits conventionnels conférerait un avantage certain en ce qui concerne les vitamines et les minéraux, les oméga-3 et les fibres.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 79 - July 2015 - The environment: With or against social inequality?

Will natural and agricultural biodiversity guarantee a food supply for the population?

Fayçal KEFI,
engineering degree from École Supérieure des Industries Alimentaires de Tunis (ESIAT)
and
Martine PADILLA,
associate professor at the Centre International de Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM)

 

Diversity is the key to a nutritious food supply, in particular to solving the problem of hidden hunger - the deficiency of micronutriments in a food supply that suffices in terms of quantity. Practices in farming and livestock and for selecting varieties are modifying the nutritional contents in our food. Large discrepancies in the amounts of nutriments in given types of food might explain the hunger hidden behind a regular consumption of nutritionally poor foodstuffs. The micronutriments in five products (fish, wheat, rice, milk and potatoes) were measured in comparison with recommendations. This study shows that, apart from wheat, there are significant differences between varieties of each of the others: the contribution to the Dietary Reference Intake (DRI) varies by 17% for vitamins and 7% for minerals. Since diversity in our plates is a necessary but not sufficient condition, the genetic diversity of varieties of plants and animals must also be brought under consideration. Consuming organic products has definite benefits in terms of vitamins, minerals, omega-3 and fiber.

 

Retour au sommaire


N° 79 - Juni 2015 - Die Umwelt - gegen die sozialen Ungleichheiten oder mit ihnen Zusammenfassungen

Garantiert die natürliche und landwirtschaftliche Artenvielfalt die Nahrungsmittelsicherheit der Bevölkerungen ?

Fayçal KEFI,
Diplomingenieur der Nahrungsmittelindustrie, École Supérieure des Industries Alimentaires de Tunis (ESIAT),
und
Martine PADILLA,
assoziierte Professorin am Centre International de Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes ( CIHEAM)

 

Die Vielfalt der Nährstoffe ist der Schlüssel  zur Ernährungssicherheit, insbesondere wenn es darum geht, das Problem des versteckten Hungers zu lösen (Mangel an Mikronährstoffen trotz der Aufnahme einer ausreichenden Menge an Nährstoffen). Nun modifizieren jedoch die Praktiken in Landwirtschft, Viehzucht und Artenselektion den Nahrungsinhalt der Nährstoffe.  Eine sehr große Variabilität in der Zusammensetzung für einen selben Nahrungsmitteltyp kann also den versteckten Hunger erklären, der durch den regelmäßigen Verzehr von Lebensmitteln entsteht, deren Nährstoffgehalt nicht sehr dicht ist. Die Analyse von fünf Produkten (Fisch, Weizen, Reis,  Milch und Kartoffeln), die den Beitrag an Mikronährstoffen jeder der betroffenen Arten im Vergleich zum empfohlenen Enährungsbeitrag messen soll,  zeigt, dass der Weizen zwar eine relative Homogenität aufweist, die Differenz zwischen den Arten bei den anderen Produkten jedoch erheblich ist : der empfohlene Ernährungsbeitrag  schwankt um 17%  bei den Vitaminen und um 7 % bei den Mineralstoffen. Vielfalt auf dem Teller ist also notwendig, aber sie reicht nicht aus ; man muss auch auf die genetische Vielfalt der Arten setzen.  Zudem bietet der Verzehr von Bioprodukten im Vergleich zu konventionellen Produkten  gewisse Vorteile hinsichtlich der Vitamine, der Mineralstoffe, der Omega-3-Fettsäuren und der Fasern. 

 

Retour au sommaire


N° 79 - Julio 2015 - El medioambiente, ¿favorece o lucha contra las desigualdades sociales?

La biodiversidad natural y agrícola, ¿garantiza la seguridad alimentaria de la población?

Fayçal KEFI,
Ingeniero de industrias alimentarias de la Escuela Superior de Industrias Alimentarias de Túnez (ESIAT),
y
Martine PADILLA,
Profesora asociada del Centro Internacional de Altos Estudios Agronómicos Mediterráneos (CIHEAM)

 

La diversidad alimentaria es la clave de la seguridad nutricional, en particular, para solucionar el problema del hambre oculta (es decir, la falta de micronutrientes a pesar de la absorción de alimentos en cantidad suficiente). Ahora bien, las prácticas agrícolas y de ganadería así como la selección varietal modifican el contenido nutricional de los alimentos. Una enorme variabilidad en la composición en nutrimentos para un mismo tipo de alimento puede explicar el hambre ocultada en los casos de consumo regular de alimentos de baja densidad nutricional. El estudio de cinco productos (pescado, trigo, arroz, leche y patatas) que calcula la contribución en micronutrientes de cada una de estas especies con relación a los aportes alimenticios aconsejados, pone de manifiesto que si bien el trigo ostenta una relativa homogeneidad, la diferencia entre las especies es considerable para los otros productos: su contribución a los aportes nutricionales recomendados varía de 17 % para las vitaminas y de 7 % para los minerales. La diversidad en la alimentación es necesaria, pero no es suficiente; se debe tener en cuenta también la diversidad genética de las especies agrícolas y animales. Por otra parte, consumir productos orgánicos más bien que productos convencionales conferiría una clara ventaja en lo que se refiere a las vitaminas y los minerales, los omega-3 y las fibras.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr