La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2016
2015
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2016
2015
Toutes les années
 
Responsabilité & Environnement
2016
2015
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2016
2015

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2016
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines 1794-1914

 

 

         
         
 

 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Août 2006 - Energie chère,  énergie régulée


Editorial par  François Valérian,

Rédacteur en chef des Annales des Mines

 

 

L’énergie nécessite des investissements lourds, et elle alimente toute notre économie. Ces deux aspects expliquent son importance dans le débat public, d’autant plus qu’il s’y ajoute depuis une vingtaine d’années son impact environnemental. Après la deuxième guerre mondiale, en France mais aussi dans d’autres pays comme le Royaume-Uni, le poids des investissements à réaliser dans ce secteur stratégique justifia sa nationalisation. S’il y a modèle français de l’énergie, ce n’est pas tant du fait des décisions d’après-guerre, qu’en raison de la permanence du rôle moteur de l’Etat, au travers du programme électronucléaire comme dans la réticence à privatiser certaines grandes entreprises.

En dépit de la double domination électrique et nucléaire sur le paysage énergétique français, la France, comme les autres pays occidentaux, subit dans le domaine de l’énergie la contrainte des marchés mondiaux et des logiques d’acteurs privés. Les ressources fossiles ne sont pas si proches de l’épuisement qu’on a bien voulu le craindre ou l’espérer, mais leur prix est particulièrement sensible à des variations de la demande non anticipées par les investissements. La forte croissance chinoise pèse désormais sur une offre handicapée par la baisse des investissements d’après 2001.

Si l’énergie n’est plus un sujet de pure politique nationale, elle reste un sujet éminemment politique. Les transformations des entreprises énergétiques françaises proviennent de décisions politiques prises par les pays européens, et la lutte contre les émanations de carbone suppose une coopération mondiale, et probablement des changements mondiaux dans nos modes de consommation énergétique. L’énergie est chère, ce doit être une raison supplémentaire de la réguler.

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr