La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2016
2015
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2016
2015
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2016
 
Responsabilité & Environnement
2016
2015
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2016
2015

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2016
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1941
  - Mémoires
  - Partie administrative

 

 

         
         
 

 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Août 2007 -  « Emploi industriel » : quels emplois pour quelle industrie ?


Editorial par  François Valérian,

Rédacteur en chef des Annales des Mines


 

 

Jusqu’aux années 1990, l’électricité appartenait à la panoplie de la puissance régalienne dans la plupart des pays développés. Les décisions de production appartenaient à l’Etat, qui très souvent possédait la principale, ou la seule, entreprise électrique du pays. Il en résultait, sans doute, une certaine égalité entre les consommateurs, mais aussi un manque d’efficience dans les investissements et la gestion des coûts.

La dérégulation en marche depuis une vingtaine d’années ouvre peu à peu les marchés nationaux à la libre concurrence. La rente électrique n’est plus une rente d’Etat, garantie sur le long terme, mais elle fait l’objet de contrats d’horizon limité, de concessions qui peuvent être mises en cause. Les champions nationaux de l’électricité ont dû s’adapter, limiter la croissance de leurs effectifs, voire essayer de les réduire, mieux calibrer leurs investissements, et imaginer de nouvelles stratégies commerciales.

Les entreprises électriques, concurrencées sur leurs marchés nationaux, ont aussi trouvé dans la situation nouvelle des opportunités de croissance inédites. Elles allaient pouvoir investir à l’étranger, sur les marchés des pays voisins ou de pays beaucoup plus lointains. L’entreprise électrique internationale était née, et d’abord l’entreprise électrique européenne, qui approvisionne des Français et des Anglais, ou des Allemands et des Suédois.

Les entreprises clientes peuvent y gagner si elles ont le choix entre plusieurs fournisseurs d’électricité. Cependant, la fin des monopoles ne doit pas signifier l’absence de règles, ou l’abandon aux électriciens du soin de les définir. L’électricité à l’échelle de l’Europe appelle aussi une vraie surveillance européenne du marché de l’électricité.

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr