La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1941
  - Mémoires
  - Partie administrative

 

 

         
         
 

 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Février 2008 - Hégémonie de la ville


 

 

 

Editorial par  François Valérian,

Rédacteur en chef des Annales des Mines

 

La ville est désormais partout. Le regroupement des populations dans les aires urbaines est de plus en plus rapide, et il s’observe sur tous les continents, au Nord comme au Sud, en Asie comme en Europe ou en Amérique. Le phénomène résulte évidemment de l’intensification des échanges mondiaux. L’économie ne peut croître que là où il y a connexion forte avec l’environnement national et international, et c’est dans les villes que ces connexions s’établissent.

Il en résulte toutes les difficultés liées aux fortes concentrations humaines. Les services publics ont du mal à rattraper la croissance de la population, l’espace est de plus en plus dévoré par la ville, les inégalités, autrefois interrégionales, sont de plus en plus aigües à l’intérieur même des zones urbaines. La violence en découle, et avec elle une certaine inefficacité économique.

Il faut ici distinguer, non pas tant entre Nord et Sud, qu’entre l’Europe du Nord-Ouest et le reste du monde. La France et quelques autres pays n’ont pas renoncé à planifier la croissance urbaine. Certes, les héros et les mythes fondateurs (Delouvrier, la Datar, le RER, la Défense et les villes nouvelles) sont un peu lointains et ne font plus l’unanimité : de grands exploits collectifs, mais à quel coût ? Selon certains, cependant, la croissance urbaine pourrait se faire vers le haut, en exploitant les espaces aérés des centres-villes historiques, et l’étalement urbain pourrait être contré par une action volontaire de l’Etat. En même temps, des mouvements mondiaux sont ici à l’œuvre, et l’attractivité des centres-villes est un atout majeur pour capter et retenir les investissements internationaux.

Faut-il en conclure que les seuls modèles possibles soient ceux de la ville méditerranéenne au développement anarchique, ou de la ville chinoise à la croissance très rapide mais porteuse de lourdes inégalités ? Ce serait contraire à la tradition d’équilibre social de pays comme la France et l’Allemagne. La puissance publique peut accompagner et corriger. Elle ne mettra pas pour autant, selon le mot fameux, « les villes à la campagne ».

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr