La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Novembre 2011 - La santé : perspectives scientifiques et réalités économiques

L'assurance maladie en France : Beveridge et Bismarck enfin reconciliés

par Gérard de POUVOURVILLE
(X70) - Professeur titulaire de la Chaire Systèmes de Santé, ESSEC

 

La classification traditionnelle des systèmes de protection sociale renvoie à deux modèles principaux : le modèle dit de l’assurance sociale (ou bismarckien) et le modèle national (ou bévéridgien).
Ces deux modèles se caractérisent par deux traits communs : l’universalité de la couverture offerte et, de par le caractère obligatoire de ces deux régimes, le principe d’un financement fondé sur la capacité contributive de l’assuré et non pas sur le niveau de risque estimé.
A contrario, ces deux modèles se distinguent par l’assiette du financement (concentrée sur les seuls revenus du travail pour le régime de l’assurance sociale et sur l’ensemble des revenus pour le modèle national) et par le régime de gouvernance (gestion par des organismes placés sous tutelle publique pour le modèle d’assurance sociale et gestion par l’Etat pour le modèle national).
Au gré de ses évolutions, le régime de protection sociale français (créé en 1945 par ordonnance) s’inscrit de plus en plus dans une logique bévéridgienne, avec un contrôle croissant de l’Etat sur la gestion paritaire instaurée après-guerre.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


November 2011 - The frontiers of science

Beveridge and Bismarck reconciled?

Gérard de POUVOURVILLE
(X70) - Professeur titulaire de la Chaire Systèmes de Santé, ESSEC

 

Welfare systems are usually classified in two major categories: the social insurance (or Bismarckian) model and the national (or Beveridgian) model. These models share two characteristics: the universality of the coverage offered and, given that they are compulsory, the principle that funding is based on the insuree’s contributive ability and not on the estimated level of risk. However they differ owing to the underlying tax base: the first relies on earned income alone whereas the second draws taxes from all sources of income. They also differ with respect to governance: the social insurance model involves management by organizations under the oversight of public authorities whereas the national model entails state management. Created by order in 1945, the French welfare state has, as it evolved, increasingly shifted toward a Beveridgian rationale with the state exercising ever more  control  over  the  three-party  system  of management set up after World War II.

Retour au sommaire


November 2011 - DIE GRENZEN DER WISSENSCHAFT

Die Versöhnung von Beveridge und Bismarck ?

Gérard de POUVOURVILLE
(X70) - Professeur titulaire de la Chaire Systèmes de Santé, ESSEC

 

Die traditionelle Klassifizierung der Sozialversicherungs systeme beruht auf zwei Hauptmodellen   : auf dem als Sozialversicherung   bezeichneten   Modell   (bismarckscher

Herkunft) und auf dem nationalen Modell (beveridgescher Herkunft).

Diese beiden Modelle verfügen über zwei gemeinsame Charakteristika : die Universalität der gewährten Deckung und das mit dem obligatorischen Charakter dieser beiden Systeme verbundene Prinzip der Finanzierung, die auf der Beitragsfähigkeit des Versicherten und nicht auf dem geschätzten Risikoniveau beruht.

Was diese beiden Systeme jedoch stark unterscheidet sind ihre Finanzierungsgrundlagen (für das System der Sozialversicherung allein die Erwerbseinkommen und für das nationale System die Gesamtheit der Einkommen) und ihre Verwaltung (öffentliche Behörden für die Sozialversicherung und staatliche Verwaltung für das nationale System).

Das französische System der Sozialversicherung, das 1945 durch eine Verordnung geschaffen wurde, integriert aufgrund der veränderten Umstände immer mehr die beveridgesche Logik und verstärkt den Einfluss des Staates auf die in der Nachkriegzeit eingeführte paritätische Verwaltung.

Retour au sommaire


Noviembre 2011 - Las fronteras de la ciencia

¿Beveridge y Bismarck  han hecho las paces?

Gérard de POUVOURVILLE
(X70) - Professeur titulaire de la Chaire Systèmes de Santé, ESSEC

 

La clasificación tradicional de los sistemas de protección social se basa en dos modelos principales: el modelo llamado seguro social (o de Bismarck) y el modelo nacional (o de Beveridge).

Ambos modelos se caracterizan por dos rasgos comunes: la universalidad de la cobertura y, debido al carácter obligatorio de estos regímenes, el principio de financiación basado en la capacidad de pago del asegurado y no en el nivel de riesgo estimado.

Por el contrario, estos dos modelos se diferencian en la finan ciación de base (que se concentra exclusivamente en los ingre

sos laborales en el caso del régimen del seguro social y en los ingresos totales en el caso del modelo nacional) y en el régimen de gobierno de los dos sistemas de protección social (organismos de gestión bajo tutela pública para el modelo de seguro social y administración por parte del Estado para el modelo nacional).

Debido a sus evoluciones, el sistema francés de protección social (creado por una ordenanza de 1945) se ajusta más a una lógica de Beveridge con un control creciente del Estado sobre la administración conjunta instaurada en la posguerra.

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr