La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Mai 2012 - Les industries de l'espace

La Russie et l'espace

Télécharger gratuitement l'article

par Isabelle SOURBÈS-VERGER
Géographe, chercheur au CNRS, directrice-adjointe du Centre
Alexandre Koyré (CNRS, EHESS)

 

Le monde du spatial russe est volontiers vu et présenté comme étant en difficile survie, plus de vingt ans après l’éclatement de l’Union soviétique. Les échecs de 2011 de lanceurs Soyouz, comme celui de la sonde martienne Phobos viendraient soutenir cette vision. A ce propos, les accusations à peine voilées de possibles interférences hostiles sur le satellite, mais aussi les critiques plus larges évoquant les défauts d’une coopération occidentale profitant des technologies d’excellence russe sans avoir apporté de contrepartie en matière de transferts de technologies, contribuent à cette image figée d’une communauté isolée et qui doute d’elle-même. Cette grille de lecture ne prend cependant pas en compte la restructuration en cours de l’industrie spatiale russe, ses efforts de modernisation, ni la redéfinition par le pouvoir politique de la place des capacités spatiales dans le projet national visant à restaurer la puissance de la Russie. Or, ces nouvelles orientations méritent que nous leur prêtions attention car leurs implications dépassent largement le cadre russe du fait de la place particulière des moyens de ce pays dans le paysage spatial international, qu’il s’agisse aussi bien de compétition que de coopération.

Retour au sommaire


May 2012 - Space industries

Russia and space

Isabelle SOURBÈS-VERGER
Géographe, chercheur au CNRS, directrice-adjointe du Centre
Alexandre Koyré (CNRS, EHESS)

 

More than twenty years after the breakup of the Soviet Union, Russian space policy is usually perceived and presented as a survival. The failures of launching Soyuz in 2011 and of the Mars probe (Phobos) are evidence supporting this view. Thinly disguised accusations about hostile interference on satellites and broader criticisms of cooperation with the West — which has profited from the excellence of Russian technology without any counterpart through a transfer of technology — have contributed to the petrified image of an isolated community lacking confidence in itself. This interpretation fails, however, to take into account: the restructuring of the Russian space industry; the effort being put into modernization; or the redefinition by political authorities of the country’s potential in space as part of a project for restoring national power. These new orientations deserve attention, since their implications, whether for competition or cooperation, reach far beyond Russia, given this country’s place in the space industry worldwide.

Retour au sommaire


Mai 2012 - DIE RAUMFAHRTINDUSTRIEN

Russland und die Raumfahrt

Isabelle SOURBÈS-VERGER
Géographe, chercheur au CNRS, directrice-adjointe du Centre
Alexandre Koyré (CNRS, EHESS)

 

Die russische Raumfahrtsparte, so heißt es immer wieder, befindet sich nach mehr als zwanzig Jahren seit dem Zerfall der Sowjetunion in einem schwierigen Überlebenskampf. Die Pannenserie des Sojus-Programms von 2011 sowie das Scheitern der Marssonde Phobos könnten diese Anschauung bestätigen. Zu dieser klischeehaften Vorstellung einer isolierten Gemeinschaft, die an sich selber zweifelt, tragen die kaum verhüllten Anschuldigungen bei, in denen mögliche feindliche Interferenzen im Satelliten angeführt werden, sowie weitgehende Kritiken, die auf  Fehler in der westlichen Zusammenarbeit hinweisen, die von der russischen Spitzentechnologie ohne Gegenleistung im Technologietransfer profitiert habe. Diese Darstellung lässt jedoch außer Acht, dass die russische Raumfahrtindustrie einer Umstrukturierung unterzogen wird, dass sie Modernisierungsanstrengungen unternimmt, und dass die Regierung die Bedeutung der Raumfahrt im Rahmen des nationalen Projekts, das auf die Wiederherstellung der Machtposition Russlands abzielt, neu definiert hat. Nun verdienen  diese neuen Orientierungen durchaus unsere Beachtung, denn ihre Implikationen gehen weit über den russischen Rahmen hinaus, da die Mittel dieses Landes in der  internationalen Konstellation der Raumfahrt einen besonderen Stellenwert haben, gleich ob es um Wettbewerb oder um Zusammenarbeit geht.

Retour au sommaire


Mayo 2012 - Las industrias espaciales

Rusia y el espacio

Isabelle SOURBÈS-VERGER
Géographe, chercheur au CNRS, directrice-adjointe du Centre
Alexandre Koyré (CNRS, EHESS)

 

Más de 20 años después de la desintegración de la Unión Soviética, la supervivencia del sector aeroespacial ruso se muestra y presenta como difícil. Los fracasos de los lanzadores Soyuz en 2011 y el de la sonda Fobos de Marte parecen reforzar esta opinión. En este sentido, las acusaciones de posibles interferencias en el sector de los satélites, pero también las críticas que sugieren fallos más amplios de la cooperación occidental, que ha aprovechado la excelente tecnología rusa sin haber dado nada a cambio en términos de transferencia de tecnología, contribuyen a esta imagen fija de una comunidad aislada y que duda de sí misma. No obstante, esta interpretación no tiene en cuenta la actual reestructuración de la industria espacial rusa, sus esfuerzos de modernización, ni la redefinición política de la capacidad espacial en el proyecto nacional para restaurar la potencia rusa. Ahora bien, estas nuevas directrices merecen nuestra atención porque sus consecuencias van mucho más allá de Rusia debido a los medios de ese país en el panorama internacional del espacio, tanto en materias de competencia como de cooperación.

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr