La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Août 2013 - L'Allemagne : un modèle pour l'industrie française ?

L’apprentissage, garant de la capacité de l’Allemagne à innover

Par Isabelle BOURGEOIS
Chargée de recherche au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

 

En Allemagne, l’apprentissage est tout sauf une « voie de garage » : il est en fait la voie dominante d’acquisition des savoirs et des qualifications professionnelles. Près des deux tiers des actifs allemands (soit au total 23 millions de personnes) justifient ainsi d’un diplôme sanctionnant l’achèvement d’une formation professionnelle initiale. L’apprentissage allemand repose sur une forte implication des entreprises (80% du temps de formation s’y déroule, et ce sont elles qui le financent), épaulées dans leur action par les partenaires sociaux (fédérations patronales et syndicats). Le système permet une forte adéquation entre l’offre et la demande de qualification, qui se traduit par un faible taux de chômage chez les moins de vingt-cinq ans, et il contribue fortement à la cohésion sociale. En outre, en dispensant à la fois savoir technique et savoir-faire, la formation duale est un levier puissant pour la capacité d’innovation des entreprises allemandes.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


  

August 2013 - Germany: a model for french industry?

Apprenticeship stands surety for Germany’s ability to innovate

Isabelle BOURGEOIS
Chargée de recherche au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

 

In Germany, apprenticeship is not at all a road to nowhere. Instead, it is the major way to acquire occupational skills and qualifications. Nearly two-thirds of Germans in the labor force – in all, 23 million persons – have an apprenticeship diploma obtained following vocational training at the secondary school level. Underlying apprenticeship is the strong participation by companies: 80% of training time takes place inside firms, and is funded by them. Both employer organizations and labor unions support this system. Apprenticeship allows for a close match between supply and demand, whence a lower jobless rate among young people under the age of 25. It also strongly contributes to social cohesion. By dispensing technical knowledge and know-how, this “dual” training system provides a powerful lever for making German companies more innovative.

Retour au sommaire


August 2013 - Deutschland : ein Vorbild für die französische Industrie ?

DIE BERUFLICHE AUSBILDUNG, EINE GARANTIE FÜR DIE FÄHIGKEIT ZUR INNOVATION

Isabelle BOURGEOIS
Chargée de recherche au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

 

In Deutschland ist die Berufsausbildung alles andere als ein „Abstellgleis“ : sie ist tatsächlich der vorherrschende Zugang zum Erwerb beruflicher Kompetenzen und Qualifikationen. Nahezu zwei Drittel der deutschen Erwerbstätigen (d.h. insgesamt 23 Millionen Personen) besitzen ein Diplom, das den Abschluss einer Berufsausbildung bescheinigt.
Die deutsche Berufsausbildung beruht auf einer starken Mitwirkung der Unternehmen (80 % der Ausbildungszeit werden dort verbracht, und sie sind es auch, die sie finanzieren), deren Lehrtätigkeit von den Sozialpartnern (Arbeitgeberverbände und Gewerkschaften) unterstützt wird.
Das System erlaubt eine weitgehende Übereinstimmung zwischen dem Angebot und der Nachfrage von Qualifikationen und hat eine niedrige Arbeitslosigkeit in der Altersklasse der unter Fünfundzwanzigjährigen zur Folge, was stark zum gesellschaftlichen Zusammenhalt beiträgt.
Außerdem ist das duale Ausbildungssystem, das gleichzeitig theoretisches und praktisches Wissen vermittelt, ein mächtiger Hebel für die Innovationsfähigkeit der deutschen Unternehmen.

Retour au sommaire


Agosto - Alemania: ¿un modelo para laindustria francesa?

La formación profesional dual, garante de la innovación alemana

Isabelle BOURGEOIS
Chargée de recherche au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

 

En Alemania, la formación profesional dual no es una vía muerta. Por el contrario, es la vía dominante de adquisición de conocimientos y cualificaciones profesionales. Cerca de dos tercios de la población activa alemana (en total 23 millones de personas) tienen un título que atesta una formación profesional inicial.
En Alemania, la formación profesional dual cuenta con una gran participación de las empresas (80% del tiempo de formación se realiza en las empresas, y ellas son las que financian la formación), respaldadas en su acción por los actores sociales (federaciones de empleadores y sindicatos).
El sistema permite la adecuación entre la oferta y la demanda de cualificación, lo que se traduce en una baja tasa de desempleo en los menores de 25 años, y contribuye a la cohesión social.
Además, al combinar el conocimiento técnico y el know-how , la formación profesional dual es un instrumento poderoso para la innovación de las empresas alemanas.

 

Retour au sommaire

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr