La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Février 2013 - La bioéconomie, élément clé des transitions énergétique et écologique

Les verrous scientifiques et technologiques dans la phase conceptuelle de la biologie de synthèse

Par François KÉPÈS
Programme d’Épigénomique (Genopole®), institut de Biologie des Systèmes et de Synthèse (Genopole®, UEVE, CNRS), Center for Synthetic Biology and Innovation (Imperial College London)

 

Le génie biologique est actuellement en rapide évolution. Ses formes avancées, actuellement rassemblées sous l’expression biologie de synthèse, couplent itérativement la conception et la fabrication d’objets complexes basés sur (ou inspirés par) la biologie. Comme la nanotechnologie, la biologie de synthèse est susceptible de changer totalement notre approche de certaines technologies clés. Ainsi, elle ouvre la voie à une nouvelle génération de produits, d’industries et de marchés construits sur notre capacité de manipuler la matière à l’échelle moléculaire.
Les applications potentielles de la biologie de synthèse se situent principalement dans les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de l’environnement, de l’énergie et des matériaux.
La phase de fabrication relève de méthodes biomoléculaires dites post-génomiques qui font l’objet d’intenses efforts de recherche depuis plusieurs décennies.
Mais c’est la phase de conception qui est affectée des verrous scientifiques et méthodologiques les plus saillants, une situation qui reflète probablement un investissement bien moindre.
Dans cet article, nous allons justement identifier certains de ces verrous.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


February 2013 - The bioeconomy: keys to the transitions in energy and the environment

The scientific and technological locks on the conceptual phase of synthetic biology’s development

François KÉPÈS
Programme d’Épigénomique (Genopole®), institut de Biologie des Systèmes et de Synthèse (Genopole®, UEVE, CNRS), Center for Synthetic Biology and Innovation (Imperial College London)

 

Engineering is evolving fast in biology. Its advanced forms, grouped under the phrase “synthetic biology”, iteratively pair the designing and making of complex objects based on (or inspired by) biology. Like nanotechnology, synthetic biology might fully alter our approach to key techniques. Thanks to its ability to manipulate matter at the molecular level, a new generation of products, industries and markets lies ahead with applications notably in health, agribusiness, the environment, energy and materials. Making these new products involves post-genomic bimolecular methods, which have been the focus of intense efforts in research for several decades now. However the most noticeable scientific and methodological “locks” are on the phase of conception – a situation probably reflecting inadequate investments. This article identifies certain locks.

Retour au sommaire


Februar 2013 - DIE BIOÖKONOMIE, EIN SCHLÜSSELFAKTOR DES ENERGETISCHEN UND ÖKOLOGISCHEN WANDELS

Die wissenschaftlichen  und technologischen Hemmnisse  in der konzeptuellen Phase der synthetischen Biologie

François KÉPÈS
Programme d’Épigénomique (Genopole®), institut de Biologie des Systèmes et de Synthèse (Genopole®, UEVE, CNRS), Center for Synthetic Biology and Innovation (Imperial College London)

 

Die Biotechnologie befindet sich zur Zeit in einer schnellen Entwicklungsphase. Ihre fortgeschrittenen Formen, die heute unter der Bezeichnung synthetische Biologie zusammengefasst sind, koppeln in häufigen Wiederholungen die Konzeption und Herstellung von komplexen Objekten, die  auf der Biologie  beruhen  oder von ihr inspiriert  sind. Ebenso wie die Nanotechnologie   kann die Biotechnologie unser Verständnis gewisser Schlüsseltechnologien total verändern.  So bahnt sie den Weg für eine neue Generation von Produkten,  Industrien  und Märkten,  die  auf unseren Fähigkeiten beruhen, die Materie auf molekularer Ebene zu manipulieren. Die potenziellen Anwendungen der Biotechnologie sind hauptsächlich in den Bereichen der Gesundheit, der Nahrungsmittelindustrie, der Umwelt, der Energie und der Materialwirtschaft zu finden.
Die Phase der Herstellung verdankt sich biomolekularen, so genannten post-genomischen Methoden, die seit mehreren Jahrzehnten Gegenstand intensiver Forschungsbemühungen sind. Aber es  ist die Konzeptionsphase, die von erheblichen wissenschaftlichen und methodologischen Hemmnissen betroffen ist. Diese Situation ist wahrscheinlich auf einen geringeren Forschungseinsatz zurückzuführen.
In  diesem  Artikel  werden  wir  zu  Recht  einige  dieser Hemmnisse identifizieren.

Retour au sommaire


Febrero 2013 - La bioeconomía, factor clave de la transición energética y ecológica

Las restricciones científicas  y tecnológicas en la fase conceptual de la biología sintética

François KÉPÈS
Programme d’Épigénomique (Genopole®), institut de Biologie des Systèmes et de Synthèse (Genopole®, UEVE, CNRS), Center for Synthetic Biology and Innovation (Imperial College London)

 

La bioingeniería evoluciona rápidamente. Sus formas avanzadas, actualmente agrupadas bajo el término de biología sintética, reúnen iterativamente el diseño y fabricación de objetos complejos basados en (o inspirados por) la biología. Al igual que la nanotecnología, es probable que la biología sintética cambie totalmente nuestro enfoque de algunas tecnologías clave    . De esta forma, abre el camino para una nueva generación de productos, industrias y mercados construidos sobre nuestra capacidad de manipular la materia al nivel molecular.
Las aplicaciones potenciales de la biología sintética se encuentran principalmente en las áreas de sanidad, alimentación, medio ambiente, energía y materiales.
La fase de fabricación emplea métodos biomoleculares conocidos como post-genómicos que han sido objeto de profundas investigaciones desde hace varias décadas.
Ahora bien, la fase de diseño se ve  afectada por restricciones científicas y metodológicas importantes, una situación que refleja probablemente una menor inversión.
En este artículo, identificaremos precisamente algunas de estas restricciones.

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr