La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Mai 2013 - Culture et objets, nouveaux territoires de l'Internet

La vie privée des objets

Par Alain BENSOUSSAN
et
Éric BARBRY,

Avocats – Alain Bensoussan Avocats – Lexing

 

L’Internet des objets marque la fusion de deux mondes, le physique et le numérique. L’entrée dans cette nouvelle dimension soulève de nombreuses questions de nature juridique : le statut juridique de l’objet connecté, la responsabilité de l’objet ou par l’objet, l’identité de l’objet, la maîtrise et la gouvernance de l’Object Name System (ONS)… Outre la nécessité, dans ce nouvel environnement, de repenser des concepts traditionnels comme les droits sur les données personnelles ou la protection de la vie privée, l’Internet des objets pose la question de l’encadrement des nouveaux droits qu’il crée : le droit au silence des puces, le droit à l’invisibilité (à la disparition) et le droit à la portabilité des données. Si une régulation s’avérait nécessaire, il ne faudrait pas que celle-ci s’opère au détriment du développement de l’Internet des objets. Le choix est dès lors entre un « droit de l’Internet des objets » empreint de règles et de contraintes et un « droit pour l’Internet des objets » fondé sur le droit à l’expérimentation et le contrôle des usages, et non de l’objet lui-même.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


May 2013 - Culture and objects, new territories on the internet

The private lives of things

Alain BENSOUSSAN
and
Éric BARBRY,

Avocats – Alain Bensoussan Avocats – Lexing

 

The Internet of things comes out of a merging of the material and digital worlds. Entering this new dimension leads to several legal questions about the status and identity of connected devices, about the liability of an object or entailed by it, about the control and governance of the Object Name System (ONS), etc. Besides the need to rethink our usual concepts about, for instance, the rights related to personal data or privacy, questions also crop up about the legal framework for the new rights that will be created: the right to silence microchips, the right to be invisible (to disappear) and the portability of data. If regulations prove necessary, they should not impede the development of the Internet of things. The decision comes down to choosing between a legal framework “of the Internet of things”, fraught with rules and regulations, or “for the Internet of things”, based on experimentation and a control not of the objects themselves but of how they are used.

Retour au sommaire


Mai 2013 - Kultur und objeKte, neue territorien des internets

Das Privatleben der Gegenstände

Alain BENSOUSSAN
und
Éric BARBRY,

Avocats – Alain Bensoussan Avocats – Lexing

 

Das Internet der Dinge ist aus der Fusion von zwei Welten hervorgegangen, der physischen und der digitalen. Der Einzug in diese neue Dimension wirft viele Fragen rechtlicher Art auf : sie betreffen den Rechtsstatus des angeschlossenen Objekts, die Verantwortlichkeit des Objekts oder durch das Objekt, die Identität des Objekts und auch die Frage, wie sich das Object Name System beherrschen und lenken lässt ...
Über die Notwendigkeit hinaus, in diesem neuen Zusammenhang traditionelle Konzepte wie das Recht auf den Schutz persönlicher Daten oder den Schutz des Privatlebens neu zu überdenken, stellt das Internet der Dinge die Frage nach der Überwachung der neu etablierten Rechte : das Recht auf das Schweigen der Chips, das Recht auf Unsichtbarkeit (auf das Löschen) und das Recht auf die Portabilität der Daten.
Sollte sich eine Regelung als notwendig erweisen, so dürfte sich diese nicht zum Nachteil der Entwicklung des Internets der Dinge auswirken.
Zu entscheiden ist also zwischen einem „Recht des Internets der Dinge“, das von Regeln und Zwängen geprägt ist, und einem „Recht für das Internet der Dinge“, das auf dem Recht zum Experimentieren und auf der Überwachung der Benutzung gründet und nicht auf der des Objekts selbst.

Retour au sommaire


Mayo 2013 - Cultura y objetos, nuevos territorios de Internet

La vida privada de las cosas

Alain BENSOUSSAN
y
Éric BARBRY,

Avocats – Alain Bensoussan Avocats – Lexing

 

El Internet de las cosas supone la fusión de dos mundos, el físico y el digital.
La entrada en esta nueva dimensión plantea muchas cuestiones jurídicas: la condición jurídica del objeto conectado, la responsabilidad del objeto, la identidad del objeto, el control del sistema de nombres de objetos (ONS), etc.
Además de la necesidad de reflexionar, en este nuevo entorno, sobre conceptos tradicionales como los derechos a los datos personales o la protección de la vida privada, el Internet de las cosas se plantea la cuestión del marco jurídico de los nuevos derechos creados: derecho al silencio de los chips, derecho a la invisibilidad (desaparición) y derecho a la movilidad de los datos.
Si es necesario crear una norma, ésta no debe producirse a expensas del desarrollo del Internet de las cosas.
La decisión oscila entre un «derecho del Internet de las cosas» con reglas y limitaciones y el «derecho del Internet de las cosas», basado sobre el derecho a la experimentación y el control del uso, y no del objeto en sí.

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr