La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais

 

N° 28 - Octobre 2002 - Efficacité énergétique en Chine. A qui appartient l'eau ?

Homme ou vie sauvage ? Société locale ou bureaucratie centrale ? Faux dilemmes et vrais rapports de force

par Laurent Mermet
Ecole nationale du génie rural des eaux et des forêts (ENGREF)

 

Depuis des années, les actions pour la protection de la faune, de la flore et des milieux naturels se heurtent en France à une rhétorique qui, sous couleur d’humanisme, s’acharne à les discréditer. Avec deux arguments: le premier consiste à présenter les initiatives des acteurs de la conservation de la nature comme des choix contre l’Homme, en faveur des «petites fleurs» ou des « petits oiseaux ». Le second attribue ces mêmes initiatives à des pouvoirs bureaucratiques et centralisateurs de «Paris» ou «Bruxelles» qui voudraient achever leur œuvre d’étouffement des sociétés locales rurales, traditionnelles.
Cette rhétorique et ses arguments ne résistent pas le plus souvent à une analyse serrée. Pour l’illustrer, un cas d’école : les conflits qui se déroulent autour de la protection de l’ours des Pyrénées. Dans ce cas exemplaire, l'analyse montrera la fragilité des raisonnement sur lesquels reposent les dénonciations d’anti-humanisme et de centralisme à l'encontre des acteurs favorables à la protection de l'ours. Elle mettra à jour, en revanche, le caractère déterminant des rapports de force entre secteurs d'activités économique et sociale, dont le discours hostile à la conservation de la nature tend à détourner l’attention.
Dans la première partie de l’article, on examinera ainsi le premier argument – l’anti-humanisme attribué aux protecteurs de la nature. Dans la deuxième partie le second – les passions étatiques et centralisatrices dont on les accuse.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 28 - October 2002

Humanity or wildlife? Local society or central bureaucracy ? Fake dilemmas and real forces

Laurent Mermet

 

For years now, actions for protecting wild fauna and flora and preserving natural sites have, in France, run up against two arguments that, in the guise of humanism, fiercely try to discredit them. The first one presents conservation efforts as choices in favor of "little flowers and birds" to the detriment of humanity. The second blames bureaucratic, centralizing authorities in Paris or Brussel for wanting to stifle local, rural, traditional societies. These arguments do not usually hold up to scrutiny. In the textbook case of protecting bears in the Pyrenees, the argumentation used to condemn the antihumanism and centralism of the parties who want to save the bears is shown to be flimsy. Analyzing this case brings to light another determinant, the line-up of forces representing social and economic interests whose hostility to conservation tends to divert attention.

 

Retour au sommaire

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr