La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 62 - Avril 2011 - Les installations classées pour la protection de l’environnement :

De l’accident de la poudrerie de Grenelle au Grenelle de l’Environnement

La première jurisprudence du décret de 1810 :une régulation de nature industrialiste (1810-1830)

par Thomas Le Roux
Chargé de recherche au CNRS

 

Le décret de 1810 était marqué par un fort esprit industrialiste, dès lors qu’il traduisait plus une volonté de protéger l’industrie que l’environnement.

Dans les premières années de la mise en œuvre du décret, la jurisprudence, établie par le Conseil de salubrité de Paris, la Préfecture de police, le Conseil de préfecture et le Conseil d’Etat, confirme cette orientation pro-industrialiste (au travers de l’affirmation du principe d’antériorité ou encore de l’instauration d’une typologie des nuisances favorables aux industriels).

La philosophie du décret de 1810 illustre parfaitement la théorie industrielle de l’époque : « Laissez-nous faire, mais protégez-nous beaucoup ». L’industrie se soustrait du cadre pénal. Tout litige se règle dès lors par le versement de compensations financières.

Les débuts de la mise en œuvre du décret instaurent un véritable hiatus entre la pratique jurisprudentielle des Conseils de salubrité (et plus particulièrement de celui de Paris) et l’accroissement du mécontentement des riverains victimes des nuisances (1).

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 62 - April 2011 - Installations  classified in order to protect the environment:

From  the accident  at the Grenelle powder-mill to the Grenelle of  the  Environment

The first jurisprudence related to the 1810 decree: Proindustry regulations (1810-1830)

Thomas Le Roux
Chargé de recherche au CNRS

 

The 1810 decree reflected the determination to protect industry rather than the environment. In the first years application,  the jurisprudence confirmed this orientation by affirming the “principle of anteriority” and establishing   a  typology of  nuisances  weighted in  favor of manufacturers.   The philosophy  of this strongly  proindustry  decree clearly illustrated  what industrialists  wanted: “Leave us alone, but do not spare us protection.”  Industry was exempted from the penal code; and lawsuits  were settled by paying  compensatory  damages. The initial phase of application of the new decree created a gap between the jurisprudence  issued by the Conseils de Salubrité  (especially  in Paris) and the persons living near manufacturing plants who suffered from nuisances and were ever more dissatisfied.

 Retour au sommaire


N° 62 - April 2011 - DIE GESETZGEBUNG ZU DEN ÜBERWACHUNGSBEDÜRFTIGEN INDUSTRIEANLAGEN ZUM SCHUTZ DER UMWELT

VOM UNFALL IN DER SPRENGSTOFFFABRIK VON GRENELLE ZUM GRENELLE  DER  UMWELTPOLITIK

Die erste richtungweisende Entscheidung des Dekrets von 1810 : eine Regelung im Geiste des Industrialismus

Thomas Le Roux
Chargé de recherche au CNRS

 

Das Dekret  von 1810 war von einem ausgeprägt industrialistischen Geist geprägt,  denn es brachte  den Willen  zum Ausdruck, eher die Industrie als die Umwelt zu schützen.

In den ersten Jahren  der Anwendung   des  Dekrets  bestätigt die Rechtsprechung   des  Conseil  de  salubrité   de Paris  (die öffentliche Gesundheitspflege), der Préfecture de police, des Conseil de préfecture und des Conseil d’Etat diese pro-industrialistische Orientierung (durch die Bekräftigung  des Vorrangprinzips oder sogar durch die Festlegung einer die Industriellen begünstigenden Typologie der Immissionen).

Die Philosophie des Dekrets von 1810 kommt  in der industrielle Theorie der Epoche sehr gut zum Ausdruck : „Lasst uns tätig sein, aber schützt uns gut.“ Die Industrie  entzieht  sich dem strafrechtlichen  Rahmen. Jeder Streitfall  wird infolgedessen durch die Zahlung von finanziellen Entschädigungen beigelegt.

Die Anfänge  der Anwendung   des Dekrets  lassen eine wahre Kluft zwischen  der Rechtsprechungspraxis bezüglich  der öffentlichen Gesundheitspflege  der Conseils de salubrité  (insbesondere in Paris) und dem Anstieg der Unzufriedenheit der Anlieger entstehen, die unter den Immissionen zu leiden haben (1).

Retour au sommaire


N° 62 - Abril 2011 - Las instituciones  que  presentan un riesgo para el medio  ambiente:

del accidente del polvorín  de grenelle al grenelle del medio ambiente

La primera jurisprudencia del decreto de 1810: una regulación de tipo industrialista (1810-1830)

Thomas Le Roux

Thomas Le Roux
Chargé de recherche au CNRS

 

El   decreto de   1810 se  caracterizaba    por un  fuerte espíritu industrialista, ya que reflejaba  más el deseo de proteger  la industria que el medio ambiente.

En los primeros  años de la aplicación del decreto, la jurisprudencia establecida  por el Consejo de sanidad de París, la Prefectura  de policía, el Consejo  de  Prefectura   y el Consejo  de  Estado,  confirmó esta orientación pro-industrial (mediante la confirmación del principio de preexistencia  o la definición de  una tipología de  los elementos molestos y nocivos que podían ser benéficos para la industria).

La  filosofía del decreto  de  1810 ilustra perfectamente  la teoría industrial  de la época: «Dejadnos hacer, pero protegednos mucho.» La industria   parece  escapar a  un marco  penal.  Cualquier  disputa  se resuelve con el pago de una indemnización  económica.

Los inicios de la aplicación del decreto crean una brecha real entre la práctica jurisprudencial de los Consejos de sanidad (en particular  el de París) y la creciente  insatisfacción  de las víctimas  de los elementos molestos y nocivos (1).

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr