La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 70 - Avril 2013 - La mer et les ressources marines

La zone : un concept révolutionnaire, ou un rêve irréaliste ?

Par Élie JARMACHE
Chargé de mission au Secrétariat général de la Mer, membre de la commission juridique et technique de l’Autorité internationale des fonds marins

 

La communauté internationale a adopté le principe du patrimoine commun de l’humanité appliqué aux fonds marins situés au-delà des zones sous juridictions nationales et à leurs ressources. L’exploitation des ressources minérales est dès lors fondée sur un dispositif dont le maître-mot est le partage : partage des sites miniers avec l’instauration d’un secteur réservé, partage des revenus par la redistribution de bénéfices tirés de la commercialisation de produits extraits des ressources. Or, il n’est pas certain (malgré le récent engouement pour les ressources des fonds marins dans la Zone, matérialisé par l’accroissement du nombre des demandes de contrats d’exploration pour les trois types de ressources faisant l’objet d’une réglementation : nodules polymétalliques, sulfures polymétalliques et cobalt) que qui conque puisse prévoir le passage prochain à l’exploitation minière. Il faut dire que l’histoire du principe de patrimoine commun de l’humanité, tel qu’il est consacré dans le régime juridique établi par la Partie XI de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, est assez riche en péripéties pour que la question soit posée de son effectivité, voire de sa soumission au principe de réalité. Le principe de réalité est autant celui de l’économie, qui y a toute sa place, que celui tiré de ce qu’il convient de nommer l’impératif écologique.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 70 - April 2013 - The ocean and its resources

Zones, a revolutionary concept or an unrealistic dream?

Élie JARMACHE
Chargé de mission au Secrétariat général de la Mer, membre de la commission juridique et technique de l’Autorité internationale des fonds marins

 

The international community has adopted the principle that what lies under the sea is the joint heritage of humanity except for the zones under national jurisdiction. Working the mineral resources in the ocean depends on an arrangement in which the keyword is sharing: sharing mining sites by setting up a reserved sector, and sharing income by redistributing the profits drawn from selling the products derived from these resources. Despite the recent spurt of interest in the seabed (evidenced by the increase in applications for permits to prospect for the three mineral sources subject to regulation: nodules, sulfur and cobalt), we are unable to clearly predict when these resources will actually be worked. The principle of a common heritage for humanity, as laid down under the 1982 UN Convention on the Law of the Sea, has a history marked with episodes that lead us to raise questions about its effectiveness and about its relation with the principle of reality, a principle referring to both economics and what can fittingly be called the ecological imperative.

Retour au sommaire


N°70 - April - DAS MEER UND DIE MARINEN RESSOURCEN

Das Gebiet : ein revolutionäres Konzept oder ein unrealistischer Traum ?

Élie JARMACHE
Chargé de mission au Secrétariat général de la Mer, membre de la commission juridique et technique de l’Autorité internationale des fonds marins

 

Die internationale Gemeinschaft hat das Prinzip des Gemeinschaftsguts der Menschheit eingeführt und auf die Meeresböden und ihre Ressourcen angewandt, die jenseits der Zonen liegen, die der jeweiligen nationalen Gerichtsbarkeit unterstehen. Der Abbau der mineralischen Vorkommen unterliegt also einer Regelung, deren Leitgedanke das „Teilen“ ist : die Zuteilung der Abbaustandorte mit der Schaffung eines reservierten Sektors und die Verteilung der Erträge durch die Gewinnverteilung aus der Kommerzialisierung der Produkte, die aus den Rohstoffen hergestellt werden. Nun ist es aber nicht sicher (trotz des neuen Interesses für die Ressourcen der Meeresböden in dem Gebiet und trotz der zunehmenden Anzahl von Anträgen auf Förderlizenzen für drei Kategorien von Ressourcen, die einer gesetzlichen Regelung unterliegen – erzhaltige Knollen, polymetallische Sulfide und Kobalt), dass irgendwer vorhersagen könnte, wann man in absehbarer Zukunft mit dem Tiefseebergbau beginnt. Man muss sagen, dass die Geschichte des Prinzips des gemeinsamen Erbes der Menschheit, so wie es in der Rechtsordnung anerkannt wurde, die im Teil XI des Seerechtsübereinkommens der Vereinten Nationen von 1982 kodifiziert wurde, ziemlich reich an überraschenden Wendungen ist, so dass sich die Frage nach seiner Wirksamkeit oder sogar nach seiner Bindung an das Realitätsprinzip aufdrängt. Das Realitätsprinzip ist sowohl dasjenige der Wirtschaft, die diesbezüglich eine wichtige Rolle spielt, als auch dasjenige, das auf einem Gedanken beruht, den man gemeinhin als ökologischen Imperativ bezeichnet.

Retour au sommaire


N° 70 - Abril - El mar y los recursos marinos

La zona, ¿concepto revolucionario o sueño irrealista?

Élie JARMACHE
Chargé de mission au Secrétariat général de la Mer, membre de la commission juridique et technique de l’Autorité internationale des fonds marins

 

La comunidad internacional ha adoptado el principio de patrimonio común de la humanidad para los fondos marinos, situados más allá de las zonas bajo jurisdicción nacional, y sus recursos. De esta forma, la explotación de los recursos minerales se basa en un dispositivo cuya idea clave es compartir: compartir los sitios mineros con la adopción de una zona reservada, compartir los ingresos mediante la redistribución de los beneficios de la venta de productos extraídos de los recursos.
A pesar del interés reciente por los recursos de los fondos marinos de la zona, materializado por el número creciente de solicitudes de contratos de exploración para los tres tipos de recursos objeto de una reglamentación: nódulos polimetálicos, sulfuros polimetálicos y cobalto, no es seguro que alguien pueda predecir la etapa siguiente a la explotación minera. Hay que decir que la historia del principio de patrimonio común de la humanidad, tal como se inscribe en el régimen jurídico establecido en la 11ª parte de la Convención de las Naciones Unidas sobre el derecho del mar de 1982, ha tenido tantas vicisitudes que su eficacia puede ponerse en tela de juicio, incluso su adecuación al principio de realidad. Por principio de realidad se entiende tanto el de la economía, absolutamente legítimo, como el llamado imperativo ecológico.

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr