La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 74 - Avril 2014 - A qui appartiennent les territoires ?

Régions, espaces géographiques, ou territoires ? : Les hésitations des géographes français

Par Robert MARCONIS
Professeur émérite de Géographie, Laboratoire Lisst-Cieu, Centre Interdisciplinaire d’études urbaines, UMR 5193, Université de Toulouse

 

L’École française de géographie s’est imposée par sa capacité à rendre compte de la diversité naturelle et culturelle de la planète. C’est à l’échelle de territoires qu’elle désignait comme des « régions » qu’elle identifiait la complexité des rapports qui s’établissaient entre les hommes et leur environnement naturel. Cette démarche, essentiellement empirique, fut remise en question dans les années 1960, la géographie s’affirmant alors comme une « science de l’espace ». Priorité était donnée à une réflexion théorique ouvrant la voie à des recherches sur les processus d’organisation de l’espace terrestre afin d’en identifier les structures et d’en comprendre les dynamiques. Mais pour beaucoup de chercheurs, cet espace géographique appréhendé comme un des éléments du système social les a conduits à placer au cœur de la réflexion non plus l’espace en général, mais les processus socio-spatiaux qui contribuent à sa différenciation, c’est-à-dire les notions de territorialité et de territoire.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 74 - April 2014 - Where do “territories” belong?

Regions, geographical units, or territories? Hesitations among French geographers

Robert Marconis,
emeritus professor of geography, Lisst-Cieu,
Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines (UMR 5193), University of Toulouse

 

The French school of geography has compelled recognition by describing the planet’s natural and cultural diversity. It has shed light on the complex relations between people and their natural environment at the scale of “territories”, which were called “regions”. This mainly empirical approach came under question during the 1960s when geography laid claim to being a “science of space”. Priority was given to theoretical considerations for research into the processes of organizing “terrestrial space” with the aim of identifying structures and understanding the driving forces. However this geographical space, understood as a part of the social system, led many researchers to concentrate not on “space” in general, but on the spatiosocial processes that differentiate it, in other words on concepts related to territoriality and territorial subdivisions.

Retour au sommaire


N° 74 - April 2014 - WEM GEHÖREN DIE TERRITORIEN ?

Regionen, geographische Räume oder Territorien ? Die zögernden Antworten der französischen Geographen

Robert Marconis,
emeritierter Professor für Geographie, Laboratoire Lisst-Cieu, Centre Interdisciplinaire d’études urbaines, UMR 5193, Université de Toulouse

 

Die französische Schule der Geographie hat sich dank ihrer Fähigkeit durchgesetzt, die natürliche und kulturelle Vielfalt des Planeten zu erforschen. So identifizierte sie die Territorien, die sie als „Regionen“ bezeichnete, als maßgeblichen Rahmen für die Komplexität der Beziehungen, die sich zwischen den Menschen und ihrer natürlichen Umwelt herausbilden. Diese Methode, die im Wesentlichen empirisch ist, wurde in den 1960er Jahren in Frage gestellt, denn die Geographie verstand sich damals als eine „Wissenschaft des Raums“. Die Priorität galt einer theoretischen Reflexion, die das Ziel hatte, die Prozesse der Organisation des terrestrischen Raums zu erkennen, um deren Strukturen zu identifizieren und deren Dynamiken zu verstehen. Aber dieser geographische Raum, der als eins der Elemente des sozialen Systems verstanden wurde, hat viele Forscher dazu gebracht, nicht mehr den Raum im Allgemeinen ins Zentrum ihres Denkens zu stellen, sondern die sozial-räumlichen Prozesse, die zu seiner Differenzierung beitragen, das heißt die Begriffe „territorialité“ und „territoire“.

Retour au sommaire


N° 74 - Abril 2014 - ¿A quién pertenecen los territorios?

¿Regiones, espacios geográficos o territorios? Las dudas de los geógrafos franceses

Robert Marconis,
Profesor de geografía, Laboratorio Lisst-Cieu,
Centro Interdisciplinario de estudios urbanos, UMR 5193, Universidad de Toulouse

 

La Escuela Francesa de Geografía se ha convertido en una referencia por su capacidad de estudio de la diversidad natural y cultural del planeta. Al nivel de los territorios, a los cuales llamaba “regiones”, la Escuela ha identificado las relaciones complejas que se establecen entre la población y su entorno natural. Este enfoque, esencialmente empírico, fue cuestionado en la década de los años 60 cuando la geografía se afirmaba como una “ciencia del espacio”. En ese entonces se dio prioridad a la reflexión teórica que abría el camino a la investigación en vez de a los procesos de organización del espacio terrestre con el fin de identificar las estructuras y entender sus dinámicas. Sin embargo, para muchos investigadores este espacio geográfico, pensado como un elemento del sistema social, les ha llevado a concentrar sus estudios en los procesos socio-espaciales que contribuyen a su diferenciación, es decir, las nociones de territorialidad y territorio, y no en el espacio en general.

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr