La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Sommaire en allemand
Sommaire en espagnol
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 74 - Avril 2014 - A qui appartiennent les territoires ?

Le territoire comme objet de gestion

Par Nathalie RAULET-CROSET
Docteur en Sciences de Gestion, Maître de Conférences à l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de l’Université Paris 1 et chercheur au PREG-CRG de l’École polytechnique

 

Quand il est question, en France, de territoires administratifs et politiques, c’est souvent à l’enchevêtrement des niveaux d’action et aux conflits qu’ils peuvent susciter que l’on pense en premier lieu. Cependant, si l’on ne peut nier cette réalité, une autre approche consiste à se demander quelles sont les raisons sous-jacentes à cette multiplicité de délimitations territoriales et, in fine, à analyser en quoi la définition d’un territoire peut être un enjeu pour l’acteur public, en particulier en matière de coopérations multi-acteurs à l’échelle locale. Nous montrerons que le choix d’un territoire d’action renvoie bien sûr à une problématique de proximité spatiale, mais crée aussi de facto l’émergence de territoires construits par différents acteurs sur l’espace partagé. Au croisement entre territoires prescrits et territoires construits, on voit apparaître le rôle du territoire comme objet de gestion, en tant que scène d’action, support de gouvernance, et en tant qu’agrégateur de ressources. Au final, considérer le territoire comme un objet de gestion conduit à l’appréhender comme un « agencement territorial », connectant à l’échelle d’un espace donné un ensemble de ressources hétérogènes, aussi bien humaines que spatiales, ou encore liées à des technologies, à des compétences et à des connaissances.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 74 - April 2014 - Where do “territories” belong?

The territory as a unit of management

Nathalie Raulet-Croset,
PhD. in managerial sciences, associate professor at the Institut d’Administration des Entreprises of the University of Paris I

 

When talking about territorial subdivisions, political and administrative, in France, we mainly think of the overlapping levels of action and resulting tangle of conflicts. Although that fact is not to be ignored, another approach leads us to wonder about the reasons underlying the many layers of territorial subdivisions. Analyzing the delimitation of territorial units is an issue for public authorities, especially in matters of cooperation among the numerous players at the local level. The choice of a territorial unit for an intervention often comes down to a question of geographical proximity. However it also prescribes a de facto subdivision or grouping of the units that stakeholders in a given area have already defined. On the borderline between “prescribed” and “constructed” geographical subdivisions, the territorial subdivision emerges as something to manage — a scene of action, a basis of governance and an aggregation of resources. Seeing it as a unit of management leads us to understand it as a form of “territorial organization” that, in a given geographical space, connects a set of diverse (human and geographical) resources involving technology, skills and knowledge.

Retour au sommaire


N° 74 - April 2014 - WEM GEHÖREN DIE TERRITORIEN ?

Die Region als Verwaltungsobjekt

Nathalie Raulet-Croset,
Doktor der Betriebswirtschaft, Dozentin am Institut d’administration des entreprises (IAE) de l’Université Paris 1

 

Wenn in Frankreich die Rede von administrativen und politischen Regionen die Rede ist, so denkt man an erster Stelle an die Verflechtung von Handlungsebenen und an die Konflikte, die sie auslösen können. Doch auch wenn diese Tatsache nicht zu leugnen ist, besteht eine andere Sichtweise darin, nach den latenten Gründen für die zahlreichen territorialen Unterteilungen zu fragen und am Ende zu analysieren, zu welchem Zweck die Definition einer Region ein entscheidendes Thema für den öffentlichen Akteur sein kann, insbesondere auf dem Gebiet der lokalen Zusammenarbeit zwischen mehreren Akteuren. Wir werden zeigen, dass die Wahl eines Tätigkeitsfeldes natürlich mit einer Problematik der räumlichen Nähe verbunden ist, aber auch de facto zur Bildung von Regionen führt, die von verschiedenen Akteuren in dem gemeinsamen Raum konstruiert werden. In der Verschränkung zwischen festgelegten und konstruierten Räumen bildet sich die Rolle der Region als Gegenstand der Verwaltung, als Handlungsraum, als Rahmen für Regierungskunst und als Aggregierung von Ressourcen. Die Region als Objekt der Verwaltung zu betrachten, bedeutet letzten Endes, sie als „territoriale Anordnung“ zu verstehen, die innerhalb eines gegebenen Raums eine Gesamtheit heterogener Ressourcen zusammenführt, die sowohl menschlicher als auch räumlicher Natur sind, und die auf Technologien, Kompetenzen und Know how basieren.

Retour au sommaire


N° 74 - Abril 2014 - ¿A quién pertenecen los territorios?

El territorio como objeto de gestión

Nathalie Raulet-Croset,
Doctora en ciencias de la gestión, profesora del Instituto de Administración de Empresas (IAE) de la Universidad París 1

 

En Francia, cuando se habla de territorios administrativos y políticos, a menudo se piensa sobre todo en los choques entre los niveles de acción y en los conflictos que pueden aparecer. Sin embargo, si esta realidad no se puede negar, otra alternativa sería preguntarse cuáles son las razones que originan esta multiplicidad de límites territoriales y, en definitiva, analizar en qué medida la definición de un territorio puede ser un problema para los actores públicos; sobre todo en términos de cooperación entre las diferentes partes interesadas a nivel local. En el artículo se demuestra que la elección de un territorio de acción implica una problemática de proximidad espacial, pero también crea la aparición de territorios construidos por los diferentes actores en el espacio compartido. Entre los territorios prescritos y los territorios construidos aparece el papel del territorio como objeto de gestión, como escenario de acción, apoyo a la gobernabilidad y agregador de recursos. Por último, ver el territorio como objeto de gestión lleva a considerarlo como un “ordenamiento territorial” que conecta a escala de un espacio dado un conjunto de recursos heterogéneos, tanto humanos como espaciales, o incluso relacionados con tecnologías, habilidades y conocimientos.

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr