La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Mai 2011 - De nouveaux champs pour la performance des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises plébiscitée par les pays émergents (malgré ses ambigütés)

par Michel DOUCIN
Ambassadeur chargé de la bioéthique et de la responsabilité sociale des entreprises

 

La responsabilité sociale des entreprises (RES) présente des aspects plus diversifiés que l'on ne pourrait le croire a priori, ce qui en fait un concept ambigu.

 

De par ses origines multiples et intriquées (des origines philosophiques, utopistes, religieuses et paternalistes), mais aussi de par la vision « utilitariste » qui s’attache à la RSE (la réduction de certains risques pour l'entreprise, qui serait, à terme, synonyme d’une maximisation des profits).

 

Ces origines multiples interagissent avec des contextes et des besoins eux aussi divers : de nombreux pays émergents (comme la Chine, l'Inde ou le Brésil) voient dans la RSE le moyen de contenir une pression sociale et politique découlant des fortes inégalités existant dans lesdits pays.

 

D’où la complexité de l’interaction entre la RSE et les Pouvoirs publics. Les entreprises, par le biais de la RSE, peuvent compenser certaines limites de l’action publique. A contrario, les Pouvoirs publics disposent souvent de la puissance et de la légitimité nécessaires pour leur permettre d’amener les entreprises à participer à une meilleure régulation de la vie économique et sociale.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


May 2011 - New fields for performance in firms

Corporate social responsibility very popular in emerging countries, despite its ambiguities

Michel DOUCIN
Ambassadeur chargé de la bioéthique et de la responsabilité sociale des entreprises

 

Since corporate social responsibility has many more aspects than we might imagine, it is an ambiguous concept owing both to its numerous origins (philosophical, utopian, religious and paternalistic) and to the “utilitarian” view associated with it (Reducing a firm’s risks will eventually maximize its profit-earning capacity). These multiple origins interact with contexts and needs that are just as varied. Several emerging countries, such as China, India or Brazil, see corporate responsibility as a means for containing the social and political pressures of rising inequality, whence complex interactions between this concept and public authorities. Through corporate social responsibility, firms can make up for certain limitations in government actions. Besides, public authorities often have the power and legitimacy necessary for bringing firms to take part in improving the regulation of society and economy.

Retour au sommaire


Mai 2011 - Neue Themenfelder für die Leistungsfähigkeit der Unternehmen

Die Zustimmung der Schwellenländer zur unternehmerischen
Gesellschaftsverantwortung (trotz der Vieldeutigkeiten)

Michel DOUCIN
Ambassadeur chargé de la bioéthique et de la responsabilité sociale des entreprises

 

Die unternehmerische Gesellschaftsverantwortung hat Aspekte, die vielseitiger sind als man grundsätzlich annehmen könnte, und dies macht sie zu einem vieldeutigen Konzept :

 

aufgrund ihrer verschiedenen und sich überschneidenden Ursprünge (philosophische, utopistische, religiöse und patriarchalische Ursprünge), aber auch aufgrund der „utilitaristischen“ Vision, die mit der unternehmerischen Gesellschaftsverantwortung verbunden ist (die Reduzierung gewisser Risiken für die Unternehmen, die im Endeffekt gleichbedeutend mit einer Profitmaximierung wäre).

 

Diese vielfältigen Ursprünge interagieren mit Kontexten und Bedürfnissen, die ebenfalls sehr unterschiedlich sind : viele Schwellenländer (wie China, Indien oder Brasilien) betrachten die unternehmerische Gesellschaftsverantwortung als ein Mittel zur Eindämmung von sozialem und politischem Druck, der aus den starken Ungleichheiten in den genannten Ländern resultiert.

 

Daraus wird deutlich, dass zwischen der gesellschaftlichen Verantwortung der Unternehmen und den staatlichen Behörden komplexe Wechselwirkungen bestehen. Die Unternehmen können durch ein Management, das der Gesellschaftsverantwortung verpflichtet ist, gewisse Grenzen politischen Handelns kompensieren. Umgekehrt verfügen die staatlichen Behörden oft über die notwendige Macht und Legitimität, um die Unternehmen dazu zu veranlassen, an einer besseren Regulierung des wirtschaftlichen und gesellschaftlichen Lebens mitzuwirken.

Retour au sommaire


Mayo 2011 - Nuevos líderes del rendimiento empresarial, aspectos sociales y ambientales

El auge de la responsabilidad social empresarial en los países emergentes (a pesar de sus ambigüedades)

Michel DOUCIN
Ambassadeur chargé de la bioéthique et de la responsabilité sociale des entreprises

La Responsabilidad Social Empresarial (RSE) tiene características más diversas de lo que pudiésemos imaginar, que lo convierten en un concepto ambiguo.

 

Esta ambigüedad puede proviene de sus orígenes múltiples y complejos (filosóficos, utópicos, religiosos y paternalistas), al igual que de la visión «utilitarista» que frecuentemente se vincula a la RSE: la reducción de algunos riesgos para la empresa, que a largo plazo resultan en una maximización de beneficios.

 

Estos orígenes diversos actúan con contextos y necesidades diversas: muchos países emergentes (por ejemplo, China, India o Brasil) ven en la RSE un medio para retener la presión social y política derivada de las desigualdades sociales existentes en dichos países.

 

De ahí la dificultad de interacción entre la RSE y las autoridades públicas. Las empresas, a través de la RSE, pueden compensar algunos de los límites de la acción pública. Por otra parte, los poderes públicos a menudo tienen la posibilidad y la legitimidad necesarias para hacer que las empresas contribuyan a un mejor control de la vida económica y social.

Retour au sommaire

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr