La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

Mai 2011 - De nouveaux champs pour la performance des entreprises

La norme ISO 26 000 sur la responsabilité sociétale : une convergence prometteuse, malgré la diversité des sensibilités

par Christian BRODHAG
Directeur de recherche, Institut Henri Fayol
Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

D’amples négociations multipartites ont abouti en novembre 2010 à la norme ISO 26 000 sur la responsabilité sociétale des organisations, notamment des entreprises. A cette norme correspondent de grands enjeux en termes de responsabilité sociétale stricto sensu et en termes de développement durable dans toutes ses composantes (environnementales, sociales et économiques).

 

La norme ISO 26 000 résulte de multiples compromis entre une approche «contractualiste » qui repose sur la volonté et l’intérêt des parties et une approche « institutionnaliste » qui joue sur les institutions politiques, entre les volontés de développement économique et de croissance des exportations et des approches plus restrictives et entre les aspirations du « Nord » et celles du « Sud »… Les quelques votes hostiles à l’adoption de l’ISO 26 000 (ceux de Cuba, des Etats-Unis, de l’Inde, du Luxembourg et de la Turquie) et les abstentions (comme celle de l’Allemagne) attestent des clivages qui subsistent.

 

Il n’en reste pas moins que l’ISO 26 000 propose une « méta-régulation » qui concourra à fonder le développement durable sur des bases opérationnelles très largement partagées.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


May 2011 - New fields for performance in firms

ISO 26000 on social responsibility: A promising convergence despite the diversity of sensitivities

Christian BRODHAG
Directeur de recherche, Institut Henri Fayol
Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

In November 2010, wide-ranging multiparty negotiations ended in ISO 26000 on social responsibility in organizations, particularly firms. This standard addresses major issues of social responsibility in the strict sense of the word and sustainable development in all aspects (environmental, social and economic). ISO 26000 has come out of compromises:

 

1) between a contractualistic approach based on the willingness and interests of stakeholders and an institutionalistic approach involving political institutions;

 

2) between, on the one hand, the attachment to economic development and the growth of exports and, on the other, more restrictive approaches; and 3) between the aspirations of “North” and “South”. The few votes against adopting this standard (by Cuba, the United States, India, Luxembourg and Turkey) and the abstentions (for instance, Germany’s) are evidence of cleavages. Nonetheless, ISO 26000 proposes a “metaregulation” for endowing sustainable development with a widely shared operational basis.

Retour au sommaire


Mai 2011 - Neue Themenfelder für die Leistungsfähigkeit der Unternehmen

Die ISO-Norm 26 000 zur gesellschaftlichen Verantwortung : eine vielversprechende Konvergenz, trotz unterschiedlicher Sensibilitäten

Christian BRODHAG
Directeur de recherche, Institut Henri Fayol
Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

Umfassende Verhandlungen zwischen vielen Parteien führten im November 2010 zum Beschluss der ISO-Norm 26 000 über die gesellschaftliche Verantwortung der Organisationen, insbesondere der Unternehmen. Mit dieser Norm verbinden

 

sich wichtige Anliegen im Bereich der gesellschaftlichen Verantwortung im eigentlichen Sinne und im Bereich der nachhaltigen Entwicklung mit all ihren Komponenten (Umwelt, Gesellschaft und Wirtschaft).

 

Die ISO-Norm 26 000 ist das Ergebnis zahlreicher Kompromisse zwischen dem „Vertragsprinzip“, das auf dem Willen und dem Interesse der Parteien beruht,und dem „Institutionsprinzip“, das den politischen Organen Vorrang einräumt, zwischen den Willensbekundungen zugunsten der Wirtschaftsentwicklung und der Steigerung der Ausfuhren und denjenigen zu restriktiveren Politiken und zwischen den Bestrebungen des „Nordens“ und denjenigen des „Südens“ ... Die wenigen Stimmen gegen die Annahme der ISO-Norm 26 000 (Kuba, Vereinigte Staaten, Indien, Luxemburg und Türkei) und die Enthaltungen (wie diejenige Deutschlands) beweisen, dass immer noch große Meinungsverschiedenheiten bestehen.

 

Nichtsdestoweniger ist mit der ISO-Norm 26 000 eine „Meta- Regulation“ zustande gekommen, die dazu beiträgt, für die Konzeption der nachhaltigen Entwicklung eine Operationsbasis zu schaffen, die mit einem breiten Konsens rechnen kann.

Retour au sommaire


Mayo 2011 - Nuevos líderes del rendimiento empresarial, aspectos sociales y ambientales

La norma ISO 26 000 sobre la responsabilidad social, una convergencia prometedora, a pesar de la diversidad de sensibilidades

Christian BRODHAG
Directeur de recherche, Institut Henri Fayol
Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

En noviembre de 2010 amplias negociaciones multipartidistas condujeron a la norma ISO 26000 sobre la responsabilidad social de las organizaciones, en especial de las empresas. Esta norma trata varios problemas en materias de responsabilidad social en el sentido estricto de la palabra y en términos de desarrollo sostenible de todos sus componentes (ambientales, sociales y económicos).

 

La norma ISO 26000 es el resultado de varios compromisos entre un enfoque «contractualista», basado en la voluntad y los intereses de las partes y un enfoque «institucionalista» que se fundamenta en las instituciones políticas, entre los deseos de desarrollo económico y crecimiento de las exportaciones y un enfoque más restrictivo, y entre las aspiraciones del «Norte» y del «Sur» ...

 

Los pocos votos que se opusieron a la adopción de la norma ISO 26000 (de Cuba, Estados Unidos, India, Luxemburgo y Turquía) y las abstenciones (Alemania), demostraron que aún existen ciertas divisiones.

 

El hecho es que la ISO 26000 proporciona una «meta- regulación», que contribuirá al desarrollo sostenible con bases operativas ampliamente compartidas.

Retour au sommaire

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr