La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2022
2021
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2022
2021
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2022
2021
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2022
2021
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2022
2021

Toutes les années 

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2022
Toutes les années
   

 

 

         
 

 

Réalités Industrielles - Novembre 2021 - La  compétitivité de la France au sein de l’Europe

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

 

Novembre 2021 - La compétitivité de la France au sein de l’Europe

Compétitivité externe décroissante et vulnérabilités : un besoin d’actions publiques résolues pour l’agroalimentaire

Par Marion GUILLOU
Administratrice indépendante et membre du Haut Conseil pour le climat
Hugues de FRANCLIEU
Directeur de projets, en charge de l’industrie agroalimentaire, à la direction générale des Entreprises (DGE) ‒ Ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance
Et
Claire SAINT-FÉLIX
Statisticienne et économiste

 

Que s’est-il passé depuis mai 2020 en matière de compétitivité du secteur agroalimentaire fran­çais [1] ? Les fondamentaux agronomiques ou économiques n’ont guère changé. La balance commerciale de la France dans ce secteur est toujours globalement excédentaire. Mais sa lente dégradation se poursuit. Le décrochage des parts de marché de la France par rapport à ses prin­cipaux concurrents européens est manifeste. Les différents auteurs de cet article attribuent ce décrochage à un manque de « compétitivité » – qu’il s’agisse du coût du travail dans ce secteur, de la faiblesse de ses gains de productivité, de la compétitivité hors-prix ou de causes plus struc­turelles. Tous les acteurs ne s’accordent pas pour autant sur l’urgence à agir et les remèdes à em­ployer. L’élément nouveau, depuis 2020, est que la « souveraineté alimentaire » est revenue dans les débats. « Déléguer notre alimentation est une folie », disait le Président de la République [2] au début de la crise liée à la Covid-19, alors que les supermarchés peinaient à fournir au rythme souhaité farine, lait ou œufs à des Français redécouvrant le plaisir de pratiquer la pâtisserie à do­micile. Dès lors, la résilience de ce secteur devient une préoccupation, un fondement de l’action publique, et certains de ses intrants rejoignent la liste des « biens sensibles » [3].

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


November 2021 - French competitiveness within Europe

Decreasing competitiveness and vulnerability: A need for decisive interventions in the food supply

 

Marion Guillou,
independent administrator and member of the High Council on the Climate;
Hugues de Franclieu,
director of projects in charge of the food industry, Direction Générale des Entreprises (DGE, Ministry of the Economy, Finances and Stimulus);
and
Claire Saint-Félix,
statistician and economist

 

What has happened to the competitiveness of the French food industry since May 2020? The fundamentals in farming and the economy have hardly changed. The country’s balance of trade in the primary sector is still running a surplus, but is slowly decreasing: market shares in comparison with major European rivals are definitely tapering off. This trend is set down to a lack of ‟competitiveness”, whether due to labor costs in the sector, the slight gains made in productivity, non-price competitiveness or structural causes. Not all stakeholders deem it urgent to undertake action; nor do they agree on the remedies to be applied. What is new since 2020 is that ‟sovereignty over the food supply” has become a publicly debated issue. ‟Delegating our food supply is insane”, in the words of the president of France at the start of the COVID-19 pandemic, when supermarkets were having problems restocking shelves with flour, milk or eggs while the French were rediscovering at home the pleasure of baking. This sector’s resilience has become a preoccupation motivating interventions; and some inputs now used in this sector have been listed as ‟sensitive” products.

 

Retour au sommaire

 


 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr