La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

         
 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 120 - Juin 2015

Le « grand retour » des majors du pétrole à la faveur du troisième choc pétrolier
Classes d’entreprises et groupes stratégiques de l’industrie pétrolière

Rodolphe GREGGIO,
Professeur de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), Lycée Carnot, Paris,
et
Benoît MAFFEI,
Directeur de recherche, École des hautes études commerciales (EDHEC), Paris

 

Le secteur pétrolier se caractérise depuis un certain nombre de décennies par un profond paradoxe : tout en ayant été exclues des gisements les plus rentables par des vagues de nationalisations intervenues notamment depuis les années 1970, et bien que désormais largement minoritaires en termes de parts de la production mondiale, les multinationales occidentales du pétrole ont réussi à conserver un solide leadership financier, technologique et stratégique, tandis que l’autonomie des opérateurs issus notamment des pays émergents demeure, quant à elle, tout à fait relative. La stabilité des positions comparées des acteurs présents dans la filière pétrolière induit à proposer une interprétation en termes de « classes d’entreprises », de préférence à la catégorie communément admise de « groupes stratégiques » - autrement dit à privilégier une subdivision sectorielle en catégories d’entreprises relativement étanches (bien qu’en constante rivalité/collaboration entre elles) dont les stratégies sont surdéterminées par des contraintes géopolitiques et industrielles qu’il est difficile de subvertir.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 120 - June 2015

Big Oil’s comeback in the wake of the third oil shock Class of enterprise and strategic group in the oil industry

Rodolphe Greggio,
teacher of prep school classes for the Grandes Écoles (CPGE), Lycée Carnot, Paris;
&
Benoît Mafféï
senior researcher, École des Hautes Études Commerciales (ÉDHÉC), Paris

 

The oil industry has been characterized for several decades by a deep-rooted paradox. The western multinational companies have been denied access to the most profitable oilfields as a result of their nationalization which occurred mainly during the seventies : they extract nowadays only a small part of the world’s oil. Yet, they have consolidated their financial, technological and strategic leadership, whereas oil companies from emerging countries do not have the same unrestricted freedom of action. As there has been no substantial change in the oil business hierarchy, oil companies should be presented as actually forming “classes of enterprises” rather than be construed as “strategic groups”. In other words, they constitute sets of relatively autonomous entities, which may sometimes conflict and also cooperate with each other, but whose strategies are excessively determined by geopolitical and industrial constraints which cannot be easily overcome.

Retour au sommaire


N° 120 - Juni 2015

Massive Rückkehr der grössten Mineralölunternehmen im Zeichen der dritten Ölkrise
„Unternehmenskategorien“ und „strategische Gruppen“ in der Erdölindustrie

Rodolphe Greggio,
Professor der Vorbereitungsklassen für die „grandes écoles“ (CPGE), Lycée Carnot, Paris,
und
Benoît Mafféï,
Directeur de recherche, École des hautes études commerciales (EDHEC), Paris

 

Seit mehreren Jahrzehnten weist die Erdölindustrie eine tiefgreifende paradoxe Situation auf. Obwohl die westlichen multinationalen Mineralölunternehmen besonders während der 70er Jahre durch aufeinanderfolgende Verstaatlichungen die ertragreichsten Ölvorkommen verloren haben, obwohl sie offensichtlich nur noch einen kleineren Anteil an der Weltproduktion besitzen, ist es ihnen gelungen, eine solide finanzielle, technologische und strategische Vorherrschaft zu behalten, während gleichzeitig die Autonomie der Ölgesellschaften der Schwellenländer begrenzt bleibt. Die Stabilität der zum Vergleich stehenden Positionen der Mineralölunternehmen gibt Anlass dazu, eine Einteilung in „Unternehmenskategorien“ und  nicht in die wohlbekannten „strategischen Gruppen“ vorzuschlagen, das heisst, eine Aufteilung des Ölsektors in relativ abgeschottete Subkategorien anzuzeigen (auch wenn die betroffenen Firmen miteinander in direkter Konkurrenz stehen oder auch zusammenarbeiten können). Ihre Strategien werden wesentlich von geopolitischen und industriellen Zwängen bestimmt, die kaum zu umgehen sind.

Retour au sommaire


N° 120 - Junio 2015

El “gran regreso” de las “majors” del petróleo gracias al tercer choque petrolero
Clase de empresa y grupo estratégico en la industria del petróleo

Rodolphe Greggio,
Profesor de clases preparatorias para las Grandes Escuelas (CPGE), Lycée Carnot, París,
y
Benoît Mafféï,
Director de investigación, École des hautes études commerciales (EDHEC), París

 

Desde hace algunas décadas, el sector petrolero se caracteriza por una honda paradoja : si bien quedaron excluidas de los yacimientos más rentables por las oleadas de nacionalización que ocurrieron especialmente en los años 70, y aunque ya muy minoritarias en términos de producción relativa mundial, las multinacionales occidentales del petróleo han logrado mantener un sólido liderazgo financiero, tecnológico y estratégico, mientras que la autonomía de los operadores procedentes de los países emergentes, sobre todo, sigue siendo muy relativa. La estabilidad de las posiciones comparadas de los actores presentes en el ramo petrolero lleva a proponer una interpretación en términos de «clase de empresa» preferentemente a la de «grupo estratégico», comunmente admitida, o sea, en términos de subdivisión sectorial en categorías de empresas relativamente herméticas (aunque en constante rivalidad/colaboración entre sí) y cuyas estrategias aparecen sobredeterminadas por imperativos geopolíticos e industriales que resulta difícil trastornar.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr