La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2017
2016
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2017
2016
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2017
2016
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2017
2016

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2017
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète
   

 

 

Novembre 2009 - L'électricité solaire et les pays de la Méditerranée

Le retour d’un acteur français dans le secteur de la technologie du solaire a concentration

par Roger Pujol
Directeur général de la Division Energie Solaire, Constructions Industrielles de la Méditerranée

 

Le principe du fonctionnement du solaire à concentration est simple ; il est connu depuis la Grèce antique, la légende voulant qu’Archimède l’ait utilisé pour incendier les vaisseaux de la marine romaine qui attaquaient la ville portuaire sicilienne de Syracuse. On utilise des miroirs disposés suivant une forme de parabole, qui concentrent le rayonnement solaire sur son foyer où circule un fluide caloporteur, qui récupère les calories ainsi captées. On distingue quatre familles de capteurs et quatre familles de fluides caloporteurs.
Il y a deux familles de capteurs utilisant une forme paraboloïde, qui concentre la chaleur en un point, ce qui permet d’obtenir des températures élevées. Afin d’assurer la continuité de son fonctionnement, les capteurs de ce type doivent se déplacer sur deux axes, ce qui leur permet de suivre le mouvement du soleil.
Les deux autres familles de capteur ont recours à une forme cylindro-parabolique. Dans ce cas, la concentration du rayonnement solaire ne se fait plus, en un point unique, mais sur une ligne : les flux et les températures sont donc plus faibles que dans la première famille de capteurs. Le mouvement du capteur ne se fait plus que sur un seul axe.
Parmi les fluides caloporteurs utilisés, on distingue les sels fondus, les huiles thermiques, l’eau ou la vapeur et les gaz.

Télécharger gratuitement l'article

 

Retour au sommaire


November 2009 - Solar electtricity and countries in the Mediterranean Bassin

The comeback of a French player in concentrated solar power technology

Roger Pujol

 

The principle of concentrated solar power is simple. It was already known in ancient Greece, where, according to a legend, Archimedes used it to set ablaze the Roman ships assailing the city of Syracuse in Sicily. Mirrors placed in the form of a parabola direct the sun’s rays onto a point where a heat-transfer fluid retrieves the calories. There are four families of reflectors for capturing the heat and four families of fluids for transferring it. Two of the first four families use a parabolic form, which focuses heat on a point in order to obtain a high temperature. To operate, these reflectors have to move along two axes in order to follow the sun. The other two families of reflectors have a cylindrical-parabolic form, and the sun’s rays are concentrated not on a single point but on a line. Therefore, the flux and temperatures are lower than with the aforementioned methods. The reflector moves along a single axis. Among the heat-transfer fluids are molten salt, synthetic oils and pressurized water, vapor and gases.

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr