La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'AERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2016
2015
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2016
2015
Toutes les années
 
Responsabilité & Environnement
2016
2015
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2016
2015

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2016
Toutes les années
 

Numéros anciens des Annales des Mines 1794-1914

 

 

 

         
 

 

 

 

 

N° 50 - Décembre 1997 - VSOP


EDITORIAL

Michel BERRY


REALITES MECONNUES 

 

LES LUNETTES DU PRINCE

Par Claude RIVELINE
Professeur à l’Ecole des Mines de Paris

 

" L’objet que l’on voit le plus mal, disait le philosophe Heidegger, c’est la paire de lunettes que l’on porte devant les yeux ". A l’évidence, l’actualité de cette maxime ne s’est pas démentie. Si le Prince, aujourd’hui, a porté son regard vers d’autres objets – le déséquilibre de notre balance commerciale ayant été remplacé par le chômage au premier rang de ses soucis – est-il, pour autant, plus libre du choix de ses lunettes ? Les lentilles ont sans doute changé, mais le pouvoir se garde encore trop souvent du contact avec le réel.

 

CABINET MINISTERIEL

Sur des idées de Philippe ROQUEPLO
Production et dialogues du groupe Ethnographie des organisations
Traduction et mise en scène de Michel MATHEU

 

Depuis que Philippe Roqueplo a quitté les allées du pouvoir, le char de l’Etat a tracé sa route, imperturbable.

" L’Etat serait-il une force qui va… ", s’interrogeait alors le rédacteur en chef " … ou plutôt une arène où s’affrontent des combattants ? "

Les alternances se sont succédé, mais le petit miracle que décrivait l’auteur a continué de se produire, toujours aussi laborieusement moulu par l’énorme machinerie des procédures. Moderniser l’Etat ?

Il en est toujours question !

 

 

CREER DES EMPLOIS… VOUS AVEZ DIT CREER ?

Par Michel-Louis LEVY
Institut national d’études démographiques

 

S’il est un débat qui, depuis onze ans, est resté brûlant, c’est bien celui de l’emploi. Tellement brûlant, au reste, que bien peu d’idées neuves ont résisté à l’épreuve du feu et que le chômage dévore toujours, mois par mois, son quota d’emplois. Et si le problème, dès le départ avait été mal posé ? Et si la notion même d’emploi, cette fausse évidence, méritait qu’on la définisse avec un tant soit peu de rigueur ?

Certes, la réflexion de Michel-Louis Lévy dérange bien des idées reçues, mais elle pose toujours aussi clairement les prémisses du débat.

 

 

LE SIEGE VERTICAL
Vivre et communiquer dans une tour de bureaux

Par Jacques GIRIN
Centre de recherche en gestion de l’Ecole polytechnique

 

Les tours sont toujours là. La crise de l’immobilier a beau être passée par là, le skyline de la Défense s’enrichit toujours de nouvelles venues. Et on y travaille encore, avec les mêmes difficultés, et malgré le grand spectacle de la ville à ses pieds. Tant de lecteurs se sont reconnus dans cet article qu’il est devenu emblématique de l’approche clinique appliquée à la gestion telle que Gérer & Comprendre la défend.


 

HIER ET AUJOURD’HUI 

 

LA GESTION HEROIQUE

Souvenirs du temps du père Renault
Par Jacques SEJOURNET

 

Zéro bureau, zéro méthode (ou si peu), des cadres musclés et un esprit maison très particulier, la brutalité de la gestion façon Louis Renault est légendaire. Mais quand arrive dans la citadelle de l’Île Seguin un jeune polytechnicien, entré par la petite porte et malgré le mépris du patron pour les ingénieurs, c’est une version 1930 du réengeniering qui se met en place dans les ateliers et une autre qualité des rapports entre cadres et ouvriers qui émerge.


TEMOIGNAGE 

 

CHRONIQUE D’UN PATIENT RETOUR AU RUSTIQUE

Par Erhard FRIEDBERG Et Francis PAVE
Centre de Sociologie des Organisations

 

Baisser les coûts de production. Donc, automatiser, puisque c’est dans l’air du temps. Donc, réduire les effectifs ou, de préférence, délocaliser. Ce simplisme érigé en technique de gestion nourrit les rancoeurs des salariés sans pour autant garantir, à l’entreprise qui s’y soumet, les profits escomptés et le développement à long terme. Une approche fine des coûts de production, un refus de sacrifier aux modes et au spectaculaire, une implication forte du personnel montrent au contraire que la brutalité en gestion n’est pas la panacée et que l’intelligence et le pragmatisme peuvent, eux aussi, faire gagner de l’argent.


EN QUÊTE DE THEORIES 

 

PEUT-ON REDRESSER UNE ENTREPRISE AFRICAINE EN RESPECTANT LA PAROLE DES ANCÊTRES ?

Par Alain HENRY
Caisse française de développement

 

En dix ans, bien peu de choses ont changé dans les économies africaines. On peut même penser, à de multiples égards, qu’elles ont empiré. Les experts occidentaux n’ont pas su, ou pas pu, réussir le redressement des entreprises publiques locales et les investisseurs se sont détournés de l’Afrique. Qui faut-il incriminer ? Avant tout, l’écart qui sépare la gestion occidentale et les modèles organisationnels et sociaux africains.

Un écart qu’on ne parvient toujours pas à combler par des pratiques de gestion originales et adaptées.


 

REALITE MECONNUE 

 

LA DRÔLE DE NEGOCIATION

Par Christian MOREL

 

La conflictualité au sein du monde du travail semble, à l’aune des jours de grève déclarés, avoir baissé considérablement. La pression du chômage et la peur du licenciement y sont sans aucun doute pour beaucoup, la crise du syndicalisme français aussi, qui s’est aggravée. De nouveaux acteurs sont certes apparus, pas toujours soucieux de démocratie, mais la représentativité des négociateurs est toujours aussi faible face à la masse des non-syndiqués, des coordinations ou des exclus du travail, de récents et violents conflits l’ont montré. Cet apaisement, ne serait-il qu’apparent ? Sur ce point, les analyses de Christian Morel restent fort éclairantes.

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr