Les Polytechniciens à l'Institut

D'après : HISTOIRE ET PROSPECTIVE DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE, Jean-Pierre Callot, Michel Camus, Bernard Esambert, Jacques Bouttes.

                                           Promotion   Élu en
1. ACADÉMIE FRANÇAISE.

Barante (Baron de) .......................	1798	1828
Sainte-Aulaire (Comte de Beaupoil de) .......	1794	1841
Biot .................................   .	1794	1856
Gratry(R.P.) .............................	1825	1867
Bertrand (Joseph) ........................	1839	1884
Freycinet (de Saulses de) ...................	1846	1890
Poincaré (Henri) .........................	1873	1908
Prévost (Marcel) .........................	1882	1909
Langlois (Gal) ..........................	1856	1911
Joffre (Mal) ............................	1869	1918
Foch (Mal)  ..............................	1871	1918
Estaunié (Edouard) .......................	1882	1923
Seillière (Baron) ........................	1886	1946
Armand .................................	1924	1963
Rueff. ..................................	1919S	1964
Leprince-Ringuet .........................	1920	1966
Giscard d'Estaing (Valéry) ...............	1944	2003

2. ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES.

Walckenaer (Baron) ......................	1794	1813
  (Secr. perp. en 1840)
de Chézy ...............................	1794	1816
Jomard .................................	1794	1818
Biot ....................................	1794	1841
Saulcy (Caignart de) ......................	1826	1842
Robert ..................................	1832	1871
Faidherbe(Gal) ..........................	1838	1884
Dieulafoy ...............................	1863	1895

3. ACADÉMIE DES SCIENCES
   Voir aussi les commentaires sur les polytechniciens membres libres de l'Académie des sciences du XIXème siècle

Biot ....................................	1794	1803
Gay-Lussac ..............................	1797	1806
Arago ..................................	1803	1809
  (secr. perpét. sc. math. en 1830)
Malus ......................................	1794	1810
Poisson (Baron) .........................	1798	1812
Poinsot .................................	1794	1813
Cauchy (Baron) ..........................	1805	1816
Villiers (Brochant de) .....................	1794	1816
Villefosse (Baron Héron de) ................	1794	1816
Mathieu ................................	1803	1817
Dupin (Baron) ...........................	1801	1818
Dulong .................................	1808	1823
  (secr. perp. sc. phys. de 1832 à 1833)
Fresnel .................................	1804	1823
Navier ..................................	1802	1824
Berthier .................................	1798	1827
Becquerel (Antoine) ......................	1806	1829
Savary .................................	1815	1832
Poncelet (Gal) ............................	1807	1832
Beaumont (Élie de) .......................	1817	1835
  (secr. perpét. sc. math. en 1853)
Coriolis.................................	1808	1836
De Bonnard .................................	1797	1837
Liouville ................................	1825	1839
Babinet .................................	1812	1840
Piobert (Gal)...... .......................	1813	1840
Regnault ................................	1830	1840
Dufrénoy ...............................	1811	1840
Duhamel. ...............................	1814	1840
Francoeur ...............................	1794	1842
Lamé........................................	1814	1843
Laugier .................................	1832	1843
Binet ...................................	1804	1843
Morin(Gal) ..............................	1813	1843
Le Verrier ...............................	1831	1846
Faye... .................................	1832	1847
Combes....................................	1818	1847
Largeteau ...............................	1811	1847
Bussy...................................	1813	1850
Cagniard de La Tour (Baron). ..............	1794	1851
Chasles .................................	1812	1851
Sénarmont (Hureau de) ......................	1826	1852
Bienaymé ...............................	1815	1852
Vaillant (Mal) ............................	1807	1853
Bravais .................................	1829	1854
Delaunay ...............................	1834	1855
Bertrand (Joseph) ........................	1839	1856
  (secr. perpét. sc. math. en 1874)
Hermite. ................................	1842	1856
Clapeyron.. .............................	1816	1858
Serret....................................	1838	1860
Dortet de Tessan .........................	1822	1861
Daubrée ................................	1832	1861
Bonnet (Ossian) ..........................	1838	1862
Dupuy de Lomé ..........................	1835	1866
Saint Venant (Comte Barré de) .............	1813	1868
Cahours ................................	1833	1868
Phillips .................................	1840	1868
Belgrand ................................	1829	1871
Mangon .....................................	1840	1872
Rolland ................................	1830	1872
Tresca ..................................	1833	1872
La Gournerie (Vicomte Maillard de) .........	1833	1873
Resal ...................................	1849	1873
Favé(Gal) ...............................	1830	1876
Cornu ..................................	1860	1878
Delesse .................................	1837	1879
Lalanne (Chrétien) .......................	1829	1879
Perrier(Gal) .............................	1853	1880
Bresse ..................................	1841	1880
Jordan (Camille) .........................	1855	1881
Freycinet (de Saulses de)...................	1846	1882
Schloesing(J.-J.Théophile) ................	1841	1882
Lévy (Maurice)............................	1856	1883
Haton de la Goupillière.....................	1850	1884
Bouquet de la Grye .......................	1847	1884
Laguerre ................................	1853	1884
Halphen ................................	1862	1886
Sarrau (Emile) ...........................	1857	1886
Poincaré (Henri) .........................	1873	1887
De Bussy................................	1842	1888
Becquerel (Henri)........................	1872	1889
  (secr. perp. sc. phys. en 1908)
Léauté (Henri) ...........................	1866	1890
Mallard..................................	1851	1890
Chambrelent ............................	1834	1891
Potier ..................................	1857	1891
Bassot (Gal) .............................	1861	1893
Callandreau .............................	1872	1893
Laussedat ...............................	1838	1894
Carnot (Adolphe) ........................	1858	1895
Bertrand (Marcel) ........................	1867	1896
Rouché(Eugène).............................	1852	1896
Lévy (Michel).............................	1862	1896
Sebert (Gal).................................	1858	1897
Hatt.....................................	1859	1897
De Lapparent (Albert) ....................	1858	1897
  (Secr. perp. en 1907)
Lemoine ................................	1858	1899
Humbert ...... ..........................	1877	1901
Zeiller ..................................	1865	1901
Picard ..................................	1862	1902
Deslandres ..............................	1872	1902
Schlœsing (A. Théophile). .................	1876	1903
Bertin (Emile).. ..........................	1858	1903
Vieille ..................................	1873	1904
Douvillé ................................	1863	1907
Le Chatelier (Henri) ......................	1869	1907
Carpentier ..............................	1875	1907
Termier.................................	1878	1909
Lallemand ..............................	1874	1910
Lecornu ................................	1872	1910
De Launay ..............................	1879	1912
Bazin...................................	1846	1913
Blondel (André)... .......................	1883	1913
Bourgeois (Gal)  ..........................	1876	1917
Favé(Louis).............................	1873	1918
Foch(Mal) ..............................	1871	1918
Leblanc (Maurice) ........................	1876	1918
Rateau......................................	1881	1918
Charpy .................................	1885	1918
Chardonnet (Comte de) ...................	1859	1918
Laubeuf ................................	1883	1918
Mesnager ...............................	1882	1920
d'Ocagne ...............................	1880	1922
Ferrié (Gal) ..............................	1887	1922
Rabut ..................................	1871	1924
Séjourné ................................	1871	1924
Fichot ..................................	1884	1925
Perrier (Gal Georges). .....................	1892	1926
Helbronner..............................	1892	1927
Fabry...................................	1885	1927
Le Bel ..................................	1865	1929
Jouguet.................................	1889	1930
Cot (Donatien), ..........................	1892	1946
Parodi..................................	1893	1949
Barrillon ................................	1898	1938
Caquot .................................	1899	1934
Pérard (Albert)..........................	1900	1943
Bloch-Dassault (Gal) ......................	1901	1953
Grandjean ..............................	1902	1937
Jolibois .................................	1903	1944
Roy (Maurice) ...........................	1917	1949
Leprince-Ringuet.........................	1920	1949
Brard...................................	1925	1956
Perrin (René) ............................	1911	1955
Jean Becquerel...........................	1897	1946
André Léauté ............................	1902	1958
Gougenheim..................................	1920	1962
Lévy (Paul)..............................	1904	1964
Decaux .................................	1920S	1965
Aubréville...............................	1920S	1968
Legendre................................	1927	1968
Lacombe.................................	1933	1976
Friedel (Jacques)............................	1942	1977
Dautray (Robert) ........................	1949	1977
Fréjacques (Claude) .....................	1943	1979
Michel (Louis) ...........................	1943	1979
Contensou (Pierre) .......................	1932	1982
Faurre (Pierre) .............................	1960	1985
Solomon (Ionel)............................	1946	1985
Salençon (Jean) ............................	1959	1988
Bismut (Jean-Michel) .......................	1957	1991
Brezin (Edouard) ...........................	1958	1991
Herman ....................................	1963	1991
Ciarlet (Philippe) ........................	1959	1991
Balian (Jean-Roger) .......................	1952	1995
Kourilsky (Philippe) ......................	1962	1997
Lallemand (Jean-Yves)......................	1962	1997
Kahn (Gilles) .............................	1964	1997
Faugeras (Olivier) ........................	1968	1998
Kaplan (Daniel) ...........................     1960    2001
Fontaine (Jean-Marc) ......................     1962    2002
Pisier (Gilles) ...........................     1969    2002
Berry (Gérard) ............................	1967	2002
Flajolet (Philippe)........................	1968	2003
Laval (Guy) ...............................	1956	2003
Bensoussan (Alain) ........................	1960	2003
Lesieur (Marcel) ..........................	1966	2003
Pironneau (Olivier) .......................	1966	2003
Caboche (Michel) ..........................	1966	2004
Charnay (Patrick Pierre) ..................	1973	2004
Glowinski (Roland) ........................	1958	2005
Zinn-Justin (Jean) ........................	1962	2011
Balibar (Sébastien) .......................	1966	2011
Bréchet (Yves) ............................	1981	2011
Sautet (Philippe) .........................	1982	2011
Un recensement de 1923 montrait qu'à l'époque l'Académie des sciences comptait 22 polytechniciens sur un total de 88 membres français.

4. ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS.

Chabrol de Volvic (Comte de) ..............     1794	1817
Montalivet (Bachasson comte de) ..........      1820	1840
Alphand ...................................     1836	1891
Rouché(Jacques)...........................      1882	1924
Cassan..   ................................     1911	1965

5. ACADÉMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES.

Dupin (Baron) .............................     1801	1832
Chevalier .................................     1823	1851
Daru ......................................     1826	1860
Vuitry ....................................     1832	1862
De Foville ................................     1861	1896
Renouvier. ...............................      1834	1900
Cheysson  .................................     1854	1901
Colson.....................................     1873	1910
Seillière (Baron). ........................     1886	1914
Marlio.... ...............................      1898	1934
Rueff. ...................................      1919	1944
Dautry...................................	1900	1946
Malégarie ..................................	1905	1951
Roy (René).................................	1914	1951
Girardeau .................................	1902	1954
Armand  ..................................	1924	1960
Grandpierre ...............................	1912	1972
Massé .....................................	1916	1976
Allais (Maurice).............................	1931	1990
De Montbrial (Thierry).....................	1963	1993
Collomb (Bertrand) ........................	1960	2001
Pébereau (Michel) .........................	1961	2007

L'Académie de Médecine (qui ne fait pas partie de l'Institut) a compté parmi ses membres des Polytechniciens : Gay-Lussac (1797), Dulong (1801) Bussy (1813), Alexandre Bertrand (1814), Gavarret (1829), Gueneau de Mussy (1795), Giraud-Teulon (1836), Weiss (1879), Gariel (1861), Broca (1883), Balthazard (1891), Bugnard (1920N).

Prix Nobel

Prix Nobel de Physique : Becquerel (Henri) (1872) en 1903.
Prix Nobel d'Economie : Allais (Maurice) (1931) en 1992.


Les polytechniciens et le développement de la physique

par Jean-Claude Toledano (X 60), président du Département de physique de l'Ecole polytechnique

Publié dans La Jaune et la Rouge, avril 2005. (Extrait)

En cette année 2005, "année mondiale de la physique", il est utile de rappeler la place des polytechniciens dans le développement des différentes branches de cette discipline.

Un tel rappel paraît superflu en ce qui concerne les plus célèbres d'entre eux. Ainsi, la paternité de Carnot (1812) dans les fondements de la thermodynamique est-elle universellement reconnue. Le célèbre chimiste Gay-Lussac (1797) a eu une contribution importante à ce même domaine avec la démonstration expérimentale du fait que l'énergie interne d'un gaz dilué ne dépend que de sa température.

Très connue également, la découverte en 1896 de la radioactivité par Henri Becquerel (1872), découverte qui marque la naissance de la physique nucléaire puisque ce phénomène révèle la désintégration de l'uranium. Elle marque également le début de la physique des particules avec les composantes alpha, bêta, et gamma de la radioactivité que Becquerel lui-même identifiera partiellement.

Enfin, la réputation de Poisson (1798) et de Poincaré (1871) s'étend à de nombreux domaines scientifiques en raison de leurs contributions majeures aux mathématiques et à la physique mathématique.

La place essentielle des polytechniciens dans le développement de l'optique au dix-neuvième siècle est moins souvent citée, de même que leur contribution aux fondements de la cristallographie ou leurs travaux précurseurs sur les cristaux liquides. À partir des années 1950, on retrouve des contributions de première importance des X à la physique des solides, à la physique des particules et à la physique théorique.

Les X ont eu un rôle déterminant pour asseoir la théorie ondulatoire de l'optique. Cela est à mettre d'abord au crédit de Fresnel (1804) qui, après une série d'expériences sur la diffraction de la lumière, puis sur sa propagation dans des cristaux biréfringents, décrit la lumière comme une onde possédant une périodicité spatiale et temporelle, vibrant transversalement et dont la propagation découle, conformément à des idées de Huygens ignorées depuis cent cinquante ans, de l'émission et de l'interférence d'ondelettes. Cette clarification est préparée ou complétée par d'autres polytechniciens. Ainsi, dès 1808 Malus (1794) montre que la polarisation lumineuse est une propriété de la lumière même qu'il est possible d'obtenir par réflexion sur une substance quelconque. Arago (1803) établit avec Fresnel la transversalité de la vibration lumineuse en montrant que deux faisceaux polarisés perpendiculairement n'interfèrent pas. Il découvre aussi que certaines substances ont le pouvoir de produire une rotation du plan de polarisation. Biot (1794), qui est également connu pour ses travaux sur les forces magnétiques induites par les courants, affine l'analyse du pouvoir rotatoire et en déduit une méthode d'analyse des solutions dotées de ce pouvoir. Les résultats de Babinet (1810) sur la diffraction, ceux de Sénarmont (1826) relatifs aux propriétés optiques de minéraux ou encore les "compensateurs optiques", imaginés par ces deux scientifiques pour produire une polarisation elliptique sont toujours utilisés par les physiciens actuels.

Cornu (1860) aborde le domaine nouveau de la spectroscopie optique des atomes dont on sait que les résultats conduiront à l'élaboration de la théorie quantique. Il détermine, beaucoup plus complètement que ses prédécesseurs, la " série de Balmer " de l'atome d'hydrogène, et clarifie le phénomène d'inversion des spectres (dû au fait que les atonies sont susceptibles d'absorber les longueurs d'onde qu'ils émettent). Il est le premier à observer la décomposition d'une raie spectrale en un nombre pair de composantes sous l'effet d'un champ magnétique. Cet effet "Zeeman anormal" sera interprété cinquante ans plus tard comme provenant de l'existence du spin de l'électron. Enfin, il faut encore citer Fabry (1885) et Pérot (1882) dont les noms sont réunis dans l'invention d'un interféromètre à miroirs parallèles qui par sa stabilité et son pouvoir de résolution a permis nombre de découvertes en spectroscopie et en astrophysique. Ce sont les propriétés de cet interféromètre qui, alliées à l'existence d'une amplification de la lumière par les atomes du milieu actif d'un laser, déterminent la finesse spectrale et la directivité spatiale remarquables de cet émetteur de lumière, inventé en 1960, aux usages actuels multiples.

La cristallographie, science de la configuration géométrique des atomes dans les cristaux, doit un certain nombre de ses fondements aux polytechniciens.

Bravais (1828), poursuivant des travaux français de la fin du dix-huitième siècle, établit le répertoire complet des symétries de translation et d'orientation des cristaux et montre qu'un cristal est un empilement de plans "moléculaires" équi-distants, résultat qui sera utile au vingtième siècle pour interpréter la diffraction des rayons X. Il amorce aussi l'étude systématique des cristaux de minéraux. L'implication des X dans l'exploitation des mines fera qu'il sera suivi, en cela, par d'autres polytechniciens. On y retrouvera des travaux de Sénarmont, et on y trouvera ceux d'Antoine Becquerel (1806) sur la piézoélectricité des minéraux, ceux de Mallard (1851) et surtout de Georges Friedel (1887) qui systématise définitivement la description des macles, assemblages complexes de cristaux. On peut considérer que cet intérêt pour la configuration atomique des cristaux se prolonge après 1945 dans les contributions de Jacques Friedel (1942) et de Kléman (1954) à la physique des dislocations, autres types de défauts des cristaux, responsables de la malléabilité et de la ductilité des métaux. Georges Friedel est encore l'auteur d'un travail précurseur qui aura un brillant avenir dans la physique et la technologie. Il décrit les états " nématique " et " smectique " des cristaux liquides, états de la matière ayant des configurations atomiques intermédiaires entre celles d'un solide et d'un liquide. Le foisonnement de découvertes de phases "molles" depuis trente ans, leur classification, et l'utilisation de certaines d'entre elles pour la fabrication d'écrans " plats " ont leur racine dans ce travail. Plusieurs X, dont Michel (1943), Durand (1954) et Kléman, ont contribué à ces travaux récents.

La géométrie des assemblages d'atomes n'est pas le seul ingrédient nécessaire pour comprendre les propriétés des corps solides. Il faut surtout recourir aux théories quantique et statistique. De ce point de vue, la loi de Dulong (1801) et Petit (1807) sur l'universalité de la valeur de la chaleur spécifique des métaux a une place particulière. Elle a eu un intérêt à la fois pour les inventeurs de la thermodynamique statistique de la fin du dix-neuvième siècle, parce qu'ils ont pu l'interpréter dans le cadre de la " statistique classique", et pour les initiateurs de la théorie quantique des corps solides, car les écarts à cette loi observés à basse température ont conduit Einstein puis Debye à la théorie quantique des vibrations des atomes dans les cristaux. Un autre volet de la théorie quantique des solides, développé après 1950, est celui des caractéristiques des électrons dans les métaux qui sous-tendent aussi bien les propriétés mécaniques et électriques des métaux et des alliages que leurs propriétés magnétiques. Ces propriétés sont tributaires d'effets compliqués liés aux interactions entre les électrons et à la présence d'impuretés chargées électriquement. Dans les progrès de ce domaine, où un phénomène physique important porte son nom, Jacques Friedel a joué un rôle central. La résonance magnétique nucléaire, qui analyse les états de spin des électrons, est un moyen puissant d'étude des solides. Solomon (1949) y a établi l'une des équations de base du domaine et a initié l'étude des états de spin des solides semi-conducteurs, solides dont on connaît l'importance considérable qu'ils ont prise dans les recherches des physiciens puis dans l'activité industrielle. Ces substances permettent, en particulier, la fabrication des lasers qui sont à la base des télécommunications optiques ou des lecteurs de CD et de DVD. Bernard (1948) et Duraffourg (1952) ont, les premiers, formulé les conditions théoriques d'obtention de l'émission de ce type de lasers.

Le rôle majeur du Centre européen de Recherches nucléaires dans le développement de la physique des particules est bien connu. Des X, regroupés autour de Leprince-Ringuet (1920), ont eu une place importante dans la création et l'animation de cet organisme, notamment Grégory (1938), Peyrou (1936) et Lagarrigue (1945). On doit à ce dernier la grande chambre à bulles Gargamelle qui a permis, en particulier, la mise en évidence, au CERN, des "courants neutres", première preuve expérimentale de la validité de la théorie unifiée " électro-faible " qui a valu un prix Nobel à ses auteurs. Auparavant, l'étude des rayons cosmiques avait conduit Leprince-Ringuet et Lhéritier (1936) à l'observation de la première particule "étrange", le méson-K.

Fondateur du centre de physique théorique de l'X, Michel a donné en 1949 la première analyse générale de la désintégration du lepton ji, dont il a montré qu'elle était caractérisée par un seul paramètre, qui est aujourd'hui associé à son nom. Après la découverte de la violation de la parité, il a complété cette analyse avec Bouchiat (1953). Dans la même période, un centre de physique qui acquerra un grand renom se fonde au Commissariat à l'Énergie atomique autour de Messiah (1940), de Horowitz (1941), de Bloch (1942) et de Trocheris (1942). Il générera des contributions majeures aux voies nouvelles des théories quantique et statistique, et à leur application à la physique nucléaire et à la physique des réacteurs nucléaires, à la physique des particules, et à celle de la matière condensée. En font partie, notamment, Froissart (1953), de Dominicis (1948), Itzykson (1957) ou Brézin (1958) qui contribue de façon importante à la mise au point de l'outil théorique permettant d'expliquer le problème ancien et difficile de l'existence des changements de phases de la matière. Un autre résultat théorique spectaculaire est la prédiction par Balian (1952) de l'existence de la " phase B superfluide " dans l'isotope de masse atomique 3 de l'hélium, phase dont l'observation expérimentale ultérieure donnera lieu à l'attribution d'un prix Nobel.

...

Voir aussi :